samedi 24 mai 2014

J'ai dû sauver un bourdon, un jour...mais quand????? (Ophrys apia)

Il faut que je vous montre "ça".
"Ça", c'est mon grand petit-bonheur-du-jour.
A marquer d'une pierre blanche, le jour ..ou non, tiens, deux ou trois pierres, ce sera plus juste! ;o))
Pourtant, figurez-vous que je n'étais pas de très bonne humeur, justement.
Agacée par un ami qui avait insisté assez lourdement, depuis quelques semaines, pour venir ce matin dans mon jardin avec quelques (5 ou 6) zestrangers. Déjà, ça ne me disait trop rien. Mon jardin n'a rien d'un "qui-se-visite"! Je lui avais donc conseillé d'aller plutôt en voir un "vrai", ce n'est pas ce qui manque dans la région...
Mais il me rappelle hier soir, pour remettre son histoire de visite sur le tapis... De guerre lasse, je finis par dire un "oui" du bout des lèvres: il y avait longtemps qu'il n'était pas venu, et je me réjouissais quand même de le retrouver au jardin. Et puis là, de toutes façons, la veille pour le lendemain, il n'était pas question de se mettre la rate au court-bouillon pour tout rendre "nickel" au jardin... et puis je ne voulais pas le froisser par mes refus continuels. C'est un Grand Monsieur, cet ami-là.
Il devait me rappeler ce matin pour me dire à quelle heure ils arriveraient.
Du coup, ce matin, ça n'a pas raté: me voilà réveillée à 4h à peine passées...et pas pu m'en empêcher: ménage dedans, ménage dehors, vite, vite...tenue réglementaire de jardin (sans taches de terre ni traces d"aérations" dues aux piquanteries végétales), coiffée, astiquée... Fin prête à 9h. Pu qu'à attendre.
Tous ceux qui font visiter leur jardin, j'imagine, ont ce genre de "symptômes de pré-accouchement" irrépressibles avant la visite... Non? ;o))
Sauf que...à 10h 1/4, "on" me téléphone pour me dire que finalement, z'ont pris un long petit déjeuner, qu'il est trop tard, et qu'ils préfèrent rentrer directement au bercail, les "zestrangers".
C'était bien la peine de m'appeler la veille au soir!
J'ai bien peur que ce ne soient les prochains zestrangers qui en fassent les frais. La prochaine fois, ce sera "non", purement et simplement.
Bref, changement de tenue agacé, retour au vieux leggings et au T-shirt bien froissé et aéré, et me voilà partie au jardin me défouler sur quelques mauvaises herbes. Histoire de profiter de la terre bien ameublie par les giboulées-de-mai de ces derniers jours.
Je rentre avec conviction en plein dans un massif contenant de grands rosiers bien piquants, justement.
Et vas-y que je te bine, et vas-y que je te tire sur toutes les petites racines qui me tombent sous la binette...
En voilà déjà un plein seau. Ah...ça va déjà mieux, je retrouve mon sourire devant le travail accompli.
Il est temps de le vider, le seau. Je lève le nez....et j'ouvre le bec et les quinquets de stupeur!
Qu'est-ce que c'est que "ça"!!!!!
Une superbe tige de 50 bons centimètres de haut, et, accrochés dessus comme de doux hameçons roses, les plus beaux faux-bourdons végétaux que j'aie jamais vus!!!!
Cachés derrière une touffe de hauts Veronicastrum... je ne les aurais jamais vus si je n'étais pas aller désherber justement dans ce coin là!!!!
Et si j'avais désherbé plus tôt, il y a de bonnes chances pour que je les aie pris pour des indésirables, et arrachés sans vergogne! Avouez que c'eut été un crime!!!!!!
Bien sûr, j'ai lâché le seau, et tant pis pour les merdouilles-sur-tige, j'ai couru chercher ma mitraillette!
Bon. Le résultat n'est pas extra, je devais trembler un peu, d'émerveillement, sans doute! Et puis, il y a bien peu de lumière, derrière les Veronicastrum et les rosiers! Et pas question de le cueillir pour le mettre à la lumière!
Seulement, maintenant, j'ai besoin de vous!
Car si j'ai compris assez vite que ce devait être un Orchis, je ne trouve pas d'équivalent sur les sites que j'ai consultés!
J'ai bien trouvé un Orchis Bécasse, qui ressemble un peu, mais il n'a pas le même petit col Claudine gansé d'or que mon petit trésor...
orchis bécasse
Pourtant, un Orchis "Bécasse", ça m'irait bien, tiens...après m'être laissée embarquer dans ce projet de visite quasi-à-l'insu-de-mon-plein-gré... ;o)))
Alors, je compte sur vous!
Qui est-ce???
Comment a-t-il atterri là???
Mystère, je n'ai jamais planté la moindre orchidée ici, et je n'ai même rien planté dans ce coin-là depuis fort longtemps!!! Résurgence due à un hiver doux et un printemps bien arrosé???
Arrivé dans du compost ou du fumier décomposé??? C'est la seule explication que je voie....
Qu'ai-je fait pour mériter pareille récompense??? J'ai dû faire un truc bien, sauver un bourdon un jour, sûrement..mais j'avoue que je n'en ai gardé aucun souvenir! ;o))s
Mais je suis ravie, ravie... d'ailleurs, je vous laisse, je retourne le contempler encore une fois...j'ai peur qu'il disparaisse!!!!
Et j'espère que quand je reviendrai, vous m'aurez trouvé son petit nom! Merci d'avance à chacun d'entre vous! ;o)

32 commentaires:

  1. Un ophrys, deux ophrys, trois ophrys... comme je les aime :)... sauf si on a changé la dénomination, ce n'est pas un orchis mais un ophrys. Lequel ? là, je cale. Les orchis (dont purpurea) n'ont pas cette forme d'insecte. Ils sont tous très beaux de toute façon... Pour qu'il reste, ne fais rien : tu le laisse en paix. Tu surveilles l'apparition des feuilles mi-automne et surtout tu ne fais rien de rien : pas de binage, pas de désherbage, tu peux pailler par contre.
    Ah la visite du jardin... je ne sais jamais comment m'y prendre : d'abord parce que chez nous c'est tout minuscule et ensuite parce que je pourrais passer trois heures devant chaque plante sans me lasser... c'est d'ailleurs bien pour cela qu'elles sont dans le jardin toutes ces plantes... mais je serais bien capable de lasser les zinvités rapidement :)...
    Par contre, je ne désherbe pas plus que d'habitude et la dernière fois, je me suis rendu compte que je n'avais même pas rangé le tuyau d'arrosage, bref, je suis pas bien stressé par l'opération... peut-être qu'un peu plus ce serait bien :)
    Voilà voilà, j'espère que ça a pu t'aider pour les orchidées.
    Bon week-end

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahhhh...ben tu vois, ça prouve bien que je n'y connais rien de rien, aux orchidées! ;o)) Je croyais qu"orchis" était le nom commun de toutes ces petites choses... L"orchis bécasse" est un Ophrys aussi, d'ailleurs! .Autant pour moi! ;o))
      Merci, cher François, d'avoir remis les choses en place dans ma pôv'tête! ;o)
      Quant aux fameuses "visites", autant j'adore que des amis jardiniers viennent partager quelques heures de passion avec moi, autant j'ai du mal avec les "visites officielles" de parfaits inconnus, surtout quand ils sont plus de 2 ou 3. Ma petite voix n'y résiste pas, et on ne peut pas échanger, ni "schlouker" avec un groupe comme on peut le faire avec 2 ou 3 personnes. Mais ça n'engage que moi! Et puis, si la variété des espèces végétales (surtout les vivaces) qui poussent au jardin peut intéresser d'autres jardiniers curieux, mon jardin n'a ni la beauté étudiée, ni l'originalité, ni la "tenue" qui pourraient justifier une "Visite"! C'est juste mon jardin, c'est tout! Et puis, on ne se refait pas: ça doit être un truc de bonne femme, ça, de ne pas être capable de recevoir les gens sans passer d'abord l'inspection générale! ;o))
      Pour la merveille, rassure-toi, j'ai suivi tes conseils. A part tirer sur quelques petites adventices tout autour (sans biner) je ne l'ai pas dérangé! Et j'ai suivi ton conseil, et paillé tout le secteur avec quelques cm de BRF. Tu peux être sûr que je vais le guetter l'an prochain, mon bel Ophris!!! Je suis étonnée qu'il pousse aussi à l'ombre. Pas sûre que beaucoup de pollinisateurs s'y aventurent! Mais c'est vrai qu'au début du printemps, il y a beaucoup plus de lumière avant que les feuillages ne se pointent.. Et d'après ce que j'ai lu, s'il n'a pas été fécondé par les bestioles, il serait capable de se débrouiller tout seul...il y a donc de l'espoir! ;o)
      Merci pour ton aide et tes précieux conseils! Bon dimanche, François!

      Supprimer
  2. Ophrys abeille !
    http://zorglub.over-blog.net/article-orchis-abeille-51563900.html
    plante peu vivace, aspect changeant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bravo Magali! Tu l'as trouvééééé! Merciiiii !!!! ;o)
      Que veux-tu dire par "peu vivace"??? De courte vie? Ou se développant peu?
      Une bise pour ta peine, tiens! Encore merci! ;o)

      Supprimer
    2. Qu'il est impératif que ta belle se ressème, car sa vie est courte. Tu es bien chanceuse en tout cas, car cette ophrys est divine. Normalement, elle pousse dans les prairies sèches, les broussailles sur terrains calcaires ( ne désherbe pas trop !).

      Supprimer
    3. Merci pour ces éclaircissements, Magali! ;o)
      Pas de prairie sèche ni de broussailles, pourtant, ici! Terrain calcaire, oui, un peu en tous cas. Une graine apportée par un zoziau perché dans le noisetier au dessus, peut-être... Dans ce bout de massif là, il ne pousse pas grand chose entre les arbustes et quelques vivaces, mis à part de petites adventices pas bien hautes (genre cardamine et mourons), et que j'arrache quand j'ai le temps...
      Et mon jardin est plutôt humide que sec! Un peu moins humide dans ce coin là, à cause des racines, peut-être???
      En tous cas, elle est à l'abri, à! Elle ne risque ni tondeuse ni piétinement! ;o) Je croise les doigts pour qu'elle se plaise quand même, et me fasse des bébés toute seule! ;o)
      Bonne semaine à toi!

      Supprimer
  3. oui oui, d'accord avec Magali 40, apifera très probable...mais ma doc "ad hoc" est au bureau où se genre de bestioles est un peu partout...
    une collègue m'a même ramené hier de belles fleurs à identifier...Aïe: anacamptis pyramidalis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour la confirmation, Captain! Des orchidées "un peu partout" à ton bureau!!! Fichtre, tu en as, de la chance! Tu as dû sauver toute une ruche, toi, alors! ;o))
      Je n'avais vu "en vrai", jusqu'ici, que les quelques orchidées sauvages qui poussent dans la prairie-pelouse du jardin de Maurice (Laurent). Il les contourne soigneusement avec sa tondeuse, chaque année, pour les préserver. Des "en cône rose" (O. pyramidal? Celui de ta collègue, justement) et aussi quelques jaunes aux fleurs plus éparses sur la tige, dont je ne connais pas le nom...
      Dans un terrain un peu sauvage, je comprends...mais je ne m'attendais certes pas à en voir surgir une, venue de nulle part...en, plein milieu d'un massif cultivé depuis 8 ans!!!!
      Ah...la cueillette...vieux réflexe venu de nos lointains ancêtres chasseurs-cueilleurs, j'imagine...j'espère que tu lui as bien expliqué...en douceur? ;o)))
      Bon dimanche, Captain! Pas de transhumance en vue, cet été?

      Supprimer
  4. C'est bien une ophrys apifera. Les espèces Ophrys sont toutes visitées par les mêmes insectes et des croisements peuvent se produire lorsque des espèces différentes poussent au même endroit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Nounise. Oh ben la pauvre, elle ne risque pas de croiser qui que ce soit d’intéressant pour elle, ici: elle a atterri dans un désert orchidéal intégral!!! ;o)) ...jusqu'ici!
      Mais je vais guetter, l'an prochain, maintenant que je sais à quoi ça ressemble! Les feuilles ont un vert bleuté, façon jade, assez reconnaissable! Bonne journée, Jeune Fille!

      Supprimer
  5. Ah et bien j'ai ri en commençant la lecture de ton article. Ayé , il a gagné! depuis Schopenwirh il était resté tenace ton grand Monsieur.
    Mais en continuant ma lecture déçue, de voir que tu as fait tout ça pour rien, et ,j'imagine bien ta contrariété. Enfin tu as eu ta récompence par cette découverte, ce n'est pas un bourdon que tu as sauvé c'est à un charmant monsieur à l'oeil malicieux et à sa passion toujours intacte que tu as fait plaisir même si il n'y a pas eu d'aboutissement . Tu l'avais rendu heureux car il avait toute conscience de ta "répugnance" à ce genre de visite.

    Je t'embrasse . Christine des Glaces

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ;o)) Oui, tu as tout compris! Et encore, si c'était la première fois qu'il me faisait le coup du "je viens, je viens pas"....j'aurais dû m'y attendre...;o))) Dire que j'avais même préparé aux aurores, au cas où, et avec les moyens du bord, de quoi leur faire à tous une grosse salade composée bien fraîche avant de partir, histoire de ne pas les mettre en retard pour leur retour...Et que j'étais finalement déçue qu"il" ne vienne pas...ahhhh...la complexité des bonnes femmes, je te jure! ;o))
      Bises complices, et bonne fête des mères, ma douce! ;o)
      PS: toi, tu peux venir quand tu veux, tu le sais, j'imagine! ;o))

      Supprimer
  6. AÎe aïe aïe imagine qu'un jour il t'ait pris la fantaisie de sauver de la noyade un troupeau de crapauds pustuleux et verruqueux :-))

    Finalement la nature s'est montrée plus sympathique que l'humain et elle t'a offert un joli pansement pour soigner ta blessure.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben, j'aurais peut-être eu des Tricyrtis! (Lys-crapaud) ;o))
      (ou des Podophyllum genre Spotty Dotty, dans le genre verruqueux, mais ça m'aurait nettement moins plu! ;o))...)
      Oh..blessure, pas à ce point, tout de même, ma belette! Contrariété devant la désinvolture de certains, c'est tout! Ca y est, c'est oublié! ;o) Bises frisquettes!

      Supprimer
  7. Zeph, les " brusseleirs" font-ils partie des " zestrangers"? Attention à ta réponse, le petit zoizeau risque de ressortir!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça, c'est le problème avec le français, ma douce...
      Les anglais ont deux mots différents, eux: les "strangers" (ceux qu-on-connait-même-pas-leur-nom) et les "foreigners" (ceux qu-habitent-pas-le-même-pays). Là, je parlais des premiers, bien sûr!
      J'aurais dû dire les "parfaizinconnus", tu as raison! ;o))
      Il se trouve qu'en l'occurrence, c'étaient les deux à la fois, des d'Outre-Quiévrain...Mais les Brusseleirs connus sont toujours les très bienvenus, tu le sais bien!!!! Et certains, même, invités avec insistance, mais ne les avons encore point vus par chez nous... ;o))

      Supprimer
  8. Et des picards, seraient-ils acceptés ? ;-))
    Bises
    MC

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rââââ... mais toi, tu ne fais pas partie des "Parfaizinconnus", MC! ;o))
      Je préviens seulement qu'une bande de Parfaizinconnus en maraude, aussi sympathique soit-elle, trouvera mon copain Portecloz sur sa route, que ce soient des Picards, des Bruxelleirs, des Tombouctains ou des d'ailleurs! ;o))
      Le modeste "jardin de zeph" ne figurera jamais sur une liste de jardins à visiter pour touristes, mais les zamis qui passent me voir sont toujours les bienvenus, au contraire! ;o))

      Supprimer
  9. Aah Zéphirine !! Merveilleuse nature qui nous offre au moment opportun , le juste "petit quelque chose" qui nous fait oublier nos rages, nos soucis, notre tristesse , et lorsque ce " petit quelque chose " est si joli....
    Tu as l'oeil , heureusement .
    Bisous pluvieux, mais le jardin est content . ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, je n'ai pas si tant l'oeil que ça, Petite Pomme Verte! Il aura fallu le hasard d'un désherbage, le noeil au ras des pâquerettes, juste au bon endroit, et au bon moment, pour que je m'aperçoive de sa présence!
      Qui sait si il n'était pas déjà là l'an dernier? Caché au fin fond de son massif, le joli petit quelque chose est quasi-invisible, depuis les bords dudit massif!
      Mais je plussoie le côté "merveilleuse nature" et ses effets bénéfiques, ça oui! ;o))
      Bisous bien arrosés itou!

      Supprimer
  10. Un joli cadeau de Dame Nature. Ce n'est pas un bourdon, mais plutôt une abeille solitaire que tu as du sauver ! En tout cas, une sacrée beauté pour te faire oublier tes tracas. Bises et belle journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, Karine, je me sens gâtée... Le seul truc dont je me souvienne, c'est d'avoir fait détruire par les pompiers un gros nid de frelons (des européens, pas les sinistres asiatiques) qui s'était installé dans ma cabane... tu crois que ça peut être ça? ;o))
      Bises à toi aussi!

      Supprimer
  11. Comme quoi , " à toute chose , malheur est bon ! " Voilà , j'ai sorti ma phrase du jour !
    Quand je pense à toute le bestioles que j'ai sauvées ici et ailleurs , mon jardin devrait être celui des Hesperides mais macache , il est en friches merveilleuses !!!!!!!
    Bises , ma douce
    Wap

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, ma Wapp, quel plaisir de te lire à nouveau! Tu vas bien ma wappounette?
      Sûr que s'il y avait une plante-à-colombes, ou une plante-à-toutous (entre autres!) , elle pousserait forcément dans ton jardin, et pas qu'un peu! ;o) Mais tu sais... à la réflexion...je crois que tu t'en lasserais, il y en aurait trop! ,o)) Gros bisous affectueux

      Supprimer
  12. Cette ophrys est surement un de mes premiers souvenirs botaniques vers l'âge de 8 ans. La première fois que je l'ai vue c'était dans la garrigue méditerranéenne.
    Un instant magique!
    Maintenant, elle est installée dans notre jardin et je guette chaque année la floraison du pied qui est depuis au moins 6 ans au même endroit, dans une touffe d'iris spuria où il est pourtant tout coincé.
    On a aussi beaucoup d'autres orchidées sauvages, plus en masse en prairie un peu sèche, ophrys, orchis bouc, orchis militaris, homme pendu mais l'ophrys apifera reste ma préférée.
    Côté visites, on en fait depuis 2005, après mure réflexion, on fait visiter aux inconnus mais c'est payant: il y a uniquement les personnes vraiment intéressées et souvent intéressantes.Uniquement visites accompagnées sauf aux Rendez-vous aux jardins: c'est ce WE mais il pleut les gens du sud de la France ne sortent pas trop quand il pleut!
    Plus de stresss avant les visites, c'est notre jardin, tel qu'on l'aime et on espère transmettre ça .
    www.galinou.fr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Martine! Merci pour ce joli souvenir d'enfance... mes premiers souvenirs de plantes sauvages sont, eux, ceux des montagnes du Queyras où je passais mes vacances de banlieusarde: edelweiss, lys martagon...
      Dans ton grand et beau paradis de campagne, c'est magnifique de pouvoir trouver ce genre de cadeau précieux de Dame Nature. Ici, en cœur de village, et juste à côté d'une assez grosse ville, c'est plus inattendu! J'espère que ce bel Ophrys reviendra enchanter le prochain printemps! Tu m'en donnes l'espoir, en tous cas!
      Quant aux visites, je comprends...la différence, c'est que ton En Galinou le mérite, lui! ;o))
      Amitiés d'une demi-occitane! ;o)

      Supprimer
  13. Quel bonheur de faire de telles trouvailles !

    La blogosphère est une source inépuisable de renseignements ! Si précieux...

    Ne craint rien, je suis très peu à risque de débouler chez toi... même si j'imagine que ça doit être passionnant.

    Tu offres déjà ton blog.. merci pour ça

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le "risque" ne me ferait pas peur du tout, Françoise! Bien au contraire! J'aime ces rencontres jardinières, et les schlouk-parties au jardin! Mais en tout petit comité, quand on peut vraiment échanger, en toute simplicité, entre jardiniers imparfaits certes, mais enthousiastes!;o) Merci pour tes encouragements!

      Supprimer
  14. Tu me rassures: si on prévient et qu'on est fidèle lecteur de ce blog, on ne trouvera pas porte close! ;-)

    Tu sais, il y avait une autre solution, pour la lumière: rabattre les plantes autour. Ben quoi, tu as écrit cet article au moment du Chelsea Chop! :D

    Pour parfaire la ressemblance avec les bourdons (et les tromper sur la promesse d'un accouplement), je me demande si les Ophyrs ne diffusent pas en sus des phéromones! Donc même bien caché, un (ou plusieurs) monsieur bourdon devrait aller se balader sur ses fleurs...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai rien, mais vraiment rien, d'une sauvage, Laurent! ;o)) Tu serais le très bienvenu, surtout si tu es accompagné de cette trop rare amie qu'on appelle Indulgence... ;o))
      Quant à couper les Veronicastrum qui offrent une cachette à mes petites abeilles, pas question! ;o)) Si elles ont réussi à y pousser, il y a sûrement une bonne raison, je leur fais confiance! Rendez-vous l'année prochaine pour voir si elles reviennent. J'ai surtout peur que ce petit miracle soit dû à un début de printemps particulièrement arrosé ici...pas sûr qu'un printemps plus sec leur permette de fleurir à nouveau...Maintenant que j'ai découvert leur présence, je vais les guetter, et surtout, éviter de les déranger!

      Supprimer
  15. Sans massacrer les Veronicastrum, tu peux veiller à protéger l'espace vital de ta belle invitée. Ces demoiselles sont du genre capricieux, mais si elle s'est installée, c'est que le gîte et le couvert lui conviennent. La minuscule petite graine (apportée certainement par le vent) a trouvé dans la terre les mycorhizes indispensables à son développement. Si ces conditions favorables disparaissaient, elle peut se mettre "en dormance" et attendre des jours meilleurs. Quant à se reproduire, pas de soucis, si son hyménoptère préféré n'est pas là, elle se débrouille toute seule en s'autofécondant ! D'où de nombreuses variations de couleurs. Choisir ton jardin pour domicile est vraiment signe de bon goût !

    RépondreSupprimer
  16. Ça, j'en suis moins sûre que toi, Anne-Marie! Elle a plutôt le goût...du risque! ;o) Avec ma manie de grattouiller partout au printemps,; et même en sachant où elle est.... mais je vais faire un gros effort pour la laisser tranquille, promis! Merci en tous cas de me faire rêver à une ribambelle de bébés bourdons plus ou moins roses.... j'adorerais!!!! ;o) Bises rêveuses....

    RépondreSupprimer