lundi 31 mars 2014

Au secours! Il y a un crocodile dans mon étang !!!!

A peur, la zeph!
J'vous jure! Un vrai cauchemar!
Ce matin, je faisais tranquillement ma petite tournée autour de l'étang, guettant l'apparition des premières grenouilles, quand soudain j'ai repéré, là, en plein milieu, un monstre à la peau dure et noire, crevassée, qui sommeillait entre deux eaux...
Un crocodile du Nil???
En Isère???
Regardez comme il guette sa proie, planqué derrière les herbes aquatiques qui ont commencé à sortir leurs tiges depuis quelques jours.
Qu'est-ce qu'il guette??? Les grenouilles, lui aussi? Ou mes carpes Koï???
Les chats, même peut-être???
Meouwww!!! Tous aux abris!!!!
Tant pis pour le ménage dans les herbes, ça attendra!
Vais pas aller mettre mes petites mimines pleines de doigts bien appétissants juste sous le nez de ce monstre, moi!
Vous avez-vu ces pattes griffues?
Cette queue pointue hérissée de piquants sur le côté?
Et ces horribles verrues noires qui lui ont laissé des cratères lunaires partout sur le dos?
Serait-ce un crocodile tombé de la lune, justement?
Ou alors, carrément, c'est une grenouille atteinte du syndrome de Münchhausen... avec les cicatrices qui vont avec...
Ou un crapaud momifié qui aurait pris un méga-coup de soleil, avec ce printemps plus chaud que la normale.
Man-man.....
Un vrai monstre, je vous dis! Vilain-point-biau,-affreux-tout-laid!
Y a-t-il dans l'assistance un chasseur de crocos bénévole et point trop cher? Je lance un appel au peuple, là, y a urgence!!!!!
Pis d'abord, c'est quoi comme bestiole, ça...vous en avez déjà vu, vous, des Zorreurs pareilles????
Brrr... je crois qu'il est en train de plonger!!! Que faire???
;o))


mercredi 26 mars 2014

Mon tout dernier petit trésor...(devinette!) (Ranzania japonica)

Comme vous le savez presque tous, la première foire aux plantes de la saison 2014 en Rhône-Alpes s'est tenue ce week-end, à St Priest...

Et malgré toutes mes bonnes résolutions, il y a toujours ce terrible petit démon tentateur qui s'incruste et refuse de descendre de mon épaule...

Il  m'a encore fait faire plein de petites folies...grrr...l'est terrible, celui-là, j'vous jure!

Moi qui étais si fière que le "coin-pépinière" du jardin soit enfin passé du stade métro-aux-heures-de-pointe, au stade petite-réserve-normale-juste-histoire-de-ne-pas-déprimer ! ;o))
Ah ouiche... ben c'est tout à recommencer! ;o)))
Mais je ne vais pas me plaindre!

Faut dire aussi que cette année, il y avait plein de petits nouveaux très très intéressants parmi les exposants! Le moyen d'éviter de les dévaliser, dites moi!!!!
Bref, parmi tous les nouveaux petits trésors ramenés, je vous en ai sélectionné un qui fut une vrai découverte, en ce qui me concerne!

Regardez-moi cet amour de jolie petite plantoune..c'est-y-pas craquant?
Vous la connaissez, vous?

Je ne vous dis rien de plus, à vous de la découvrir aussi! Mais rien ne vous empêche de poser des questions, bien sûr!

A vos méninges...
A vos bouquins...
A vos Googles...


Prêts? Partez!!! ;o))

mardi 18 mars 2014

le zigouigoui, le photo-pilon et la devinette (Tulipa Tet à Tête)


Quand même, je trouvais que je faisais quelques progrès avec ma nouvelle mitraillette (Panasonic Lumix FZ200)...
Regardez ces nouvelle images du zigouigoui!
Quoi? Vous ne vous souvenez plus? Mais si...sauf qu'on était début avril, et pas mi-mars, l'an dernier. Je vous l'avais déjà montré, mon joli petit zigougoui turgescent!
Les zigouigouis sont revenus, 3 bonnes semaines plus tôt que l'an dernier donc, mais avec un peu moins de pétales, peut-être. Dans leur précipitation, auraient-ils oublié d'enfiler quelques jupons?
Toute fière de mes petits progrès donc, me voilà en train de vous montrer le résultat.
Sauf que.
Je m'aperçois du coup qu'il y a comme qui dirait de la perte en ligne dans le transfert des photos : entre ce que je vois à l'écran en affichant les originaux (redimensionnés)de mon disque dur... et ce que je vois sur ce même écran, dans l'article publié, le moins qu'on puisse dire, c'est que la qualité s'est dégradée.
Les détails sont comme gommés, les lignes épaissies et floutées.... c'est vraiment dommage! Tenez, les lignes sombres qui veinent les pétales, là...eh bien elles sont bien plus nettes et contrastées sur la photo originale!
Pire.
Regardez par exemple ce détail. Coupé à la bonne dimension, direct sur la photo-sortie-de-l'APN.
Envoyé sur l'article en passant simplement par l'hébergeur, voilà ce que ça donne, juste au dessus, à gauche.
En cliquant dessus, elle s'agrandit. Vous voyez cette zone sombre, au centre, pleine de flous, de formes rectangulaires plus ou moins bleues, peu naturelles?
Mais si je l'héberge ailleurs (en l'occurrence, sur Servimg, par exemple) ...
C'est la même photo, juré!
Rien touché entre les deux!
Puis je l'insère dans l'article via son adresse chez l"autre"...
Regardez la différence, à droite!...
A vous dégouter de faire des efforts photographiques!!!
Quant à faire transiter toutes les photos d'articles chez un "autre", là, ça devient un vrai marathon, rien que pour sortir une demi-page!!!!
On n'est pas aidés, j'vous jure! ;o))
V'là qu'ils nous ont mis un vieux photo-pilon presbyte dans la machine!
Bon, je vous montre quand même le résultat de mes efforts, mais "chez l'autre", et sous d'autres angles...
Et pour ne pas rester sur cette note peu encourageante, je vous ai gardé un petit détail d'une autre plante, à déguster pour la fin...
Un petit dessert-devinette, ça vous dit?
Ha ha..
Qu'est-ce-que-ce-que-ça-que-c'est?
La photo a été prise au jardin hier! ;o))
J'avoue que je n'avais encore jamais remarqué son côté "bâtonnets de surimi à rayures mauves", jusqu'ici!!!!

mardi 11 mars 2014

La Pucelle et les 10 petits nègres (Crocus vernus)


Alors là, côté anachronisme, tu fais fort, la Zeph!
Qu'Agatha Christie ait rencontré la pucelle...m'enfin! ;o))
Eh pourtant si, c'est l'un des miracles du jardin, sûrement, cette rencontre des générations! ;o)
Vous les avez reconnus, ce sont bien sûr deux bons gros crocus vernus, l'un tout blanc (ou presque), l'autre tout noir (ou presque) : 'Jeanne d'Arc' et 'Negro Boy'. Ils n'ont rien de rare! Mais ce n'est pas pour leur rareté que je vous en parle ce matin.
Vous vous souvenez sûrement de mon désespoir chronique, à voir chaque année disparaître tant de jolis bulbes pourtant amoureusement plantés, dans mon argile dure et humide? Sauf les Camassia, bien sûr.
Eh bien, on dirait que l'hécatombe se ralentit!
Peu après mon arrivée, et après le passage des SMBM (Strong Men with Big Machines) en 2006, j'en avais planté des palanquées, de petits crocus, dans ce massif là! Des ancyrensis, des sieberi, des Prinz Machin et des Princesse Chose, des Blue Perlouze et des Crime Boutis...
De la neige au soleil.
Trois petites fleurs et puis s'en vont. Disparus, comme aspirés par l'argile et l'eau.
Seuls les tommasinianus ont survécu. Braves petits.
Mais mes Petits Nègres, plantés il y a deux ans et demi seulement, sont toujours là. "Pire", ils s'étoffent! Miracle!!!
Réchauffement climatique? Non. Je crois que je commence à comprendre deux ou trois petites choses...

Un: les crocus d'automne résistent mieux, ici, que ceux de printemps. Ca tient à leur cycle, je pense, ils sont mieux équipés, au sortir de leur floraison, pour résister à l'hiver, peut-être. Font dodo jusqu'à lété, eux, n'essaient pas de se pointer quand il fait -10° dehors...

Deux: les Crocus vernus, plus dodus et plus tardifs, résistent bien mieux ici que les petits chochottes aux bulbes riquiquis, genre Prinz Klaus, Blue Pearl ou Cream Beauty. Seuls les tommasinianus font exception. Ils ont survécu, et après avoir stagné, commencent à s'étoffer.

Mais surtout...ma terre a repris sa place. Et je crois que c'est ça, le secret.
Au passage des SMBM, la terre avait été retournée, émiettée, "améliorée".
Allégez, allégez! Qu'y disaient! Mettez du sable! De la Tourbe! Du gravier! Du compost!
Qu'y disaient...
Je mettais.
Et mes crocus disparaissaient. 
Je me suis échinée quelques années. Puis j'ai jeté l'éponge. Trop de massifs, pas assez de temps.
Et trop crevant.
Du coup, ma terre a petit à petit retrouvé sa compacité coutumière (ou presque). Et mes petits nègres résistent. Vous trouvez que c'est une coïncidence?
Faut dire aussi, ça m'avait presque vexée, de voir disparaître les crocus, comme ça! A mon arrivée, il y en avait, dans le jardin, des crocus! Des bleus et des jaunes bien pett! (Anéantis par les SMBM)
Que les non-jardiniers qui m'avaient précédée aient réussi à les faire pousser, et pas moi, ça m'avait fichu un bon coup au moral, tout de même! ;o))
Alors pourquoi, me direz-vous?
C'est la faute à l'eau. Et aux voisins. (Ça ne peut pas être la mienne, tout de même! ;o))...)
Moi j'avais bien allégé la terre de mon beau jardin tout neuf...les voisins, non.
Moralité: dès que la pluie est arrivée, la flotte, elle s'est dit: pourquoi se crever à essayer de traverser les jardins-béton des alentours, alors qu'il y a là un beau petit passage bien facile, avec de la tourbe, du sable, des cailloux! Magnifailleque! Nickel chrome!
Seulement, une fois qu'elle a été installée dans mes beaux massifs, la flotte...ben...où vouliez-vous qu'elle aille? Chez les voisins? Du béton, vous dis-je! Et avec la faible pente de mon dessus de colline, ce n'est pas la gravité qui allait l'aider à descendre bien vite!
Du coup, elle est restée. Elle s'est tapé l'incruste tout l'hiver.
Et mes crocus? Noyés. Pourris. Finis. Me restaient que mes yeux pour pleurer... Ca mettait de l'eau en plus. Et du sel. Pas bon,ça.
Mais maintenant que la terre, à force de flemmingite zéphirinesque, s'est re-compactée comme chez les voisins (ou presque), ben...feintée, la flotte!
Finies les Méga-Gouttes-Parties dans mes plates-bandes!
Ici, pas mieux qu'ailleurs!
Alors, elle se répartit plus équitablement entre les voisins et moi.
Et mes crocus?  Eh bien, même si l'argile compacte n'est toujours pas leur tasse de thé, ils arrivent à tenir le coup.

Et ça explique le succès in-ac-cep-ta-ble des non-jardiniers d'avant-moi! Ah, je ne les imagine pas travaillant amoureusement des dizaines de m2, eux. Ils prenaient sûrement les crocus pour des schlouks! Je te prends un petit bulbe, et "Schlouk!" dans la terre.
Ça passe ou ça casse.
Et ça passait.
Injuste, mais vrai!
Qu'est-ce que vous en dites, de ma théorie-du-méga-puisard? Ca se tient, non?
Parce que, si elle est vraie, ça pourrait bien donner de l'espoir à plus d'un Jardinier-de-l'Argile-Froide, à maint retourneur-de-terre acharné devenu désespéré-du-bulbe à force de trop bien faire!
Et ça ne ferait pas de mal à mon dos, en plus.
Seulement j'ai besoin de votre avis, en toute honnêteté, sur la question.
C'est que...ça pourrait bien aussi être un simple mirage dû à une bonne vieille crise de flemmingite aigüe...il y tant de virus qui trainent, en ce moment... ,o))
En attendant vos éminents avis, je retourne contempler (sans faire la bêcheuse) ma Pucelle au teint de lait, et aux yeux-pétales finement soulignés d'un trait d'eye-liner violet....

PS: vous avez vu le cœur de ma Pucelle? Ce fin nuage de poudre d'or , saupoudrant un pistil façon râpé-de-tête-de-moine taillé dans un vieux Gouda? ;o)) Quand même, elle est douée, pour la macro de très près, ma nouvelle mitraillette (Lumix), non?



mercredi 5 mars 2014

Perce-neige et cyclamen purpurascens: le couple idéal?

Bonjour à tous!
Ayé, après une grippe carabinée (ça ne m'était pas arrivé depuis plus de 30 ans!), me voilà qui ressuscite petit à petit.
(Et si le soleil se mettait enfin de la partie, je sens que je ressusciterais encore plus vite, tant j'ai hâte d'aller jar-di-ner!!! )
Juste un petit bout d'article donc ce matin, pour se remettre dans le bain!
Pour vous montrer une jolie association, qui me ravit depuis 2 ans et que je commence à reproduire ici et là, au jardin!
Vous connaissez le Cyclamen des Alpes, ou Cyclamen d'été? Cyclamen purpurascens, c'est son nom.
Un joli feuillage marbré comme ses cousins, persistant pour ne rien gâcher, et qui fleurit l'été, bien après les coum de printemps, et avant les hederifolium d'automne.
De Juillet à Septembre au moins, et même jusqu'à fin octobre l'année dernière!
Côté fleurs, il n'est pas avare de ses clochettes typiques, roses et comme rayées de fines veines un peu plus soutenues.
On le dit même parfumé, un peu comme un muguet.
J'avoue que je n'ai pas encore pris le temps de me mettre à quatre pattes pour vérifier...
Mais bon, en ce moment, ce ne sont pas ses fleurs qui nous intéressent, mais bien son feuillage.
J'ai disséminé quelques Galanthus nivalis viridapice au milieu d'un petit groupe de 3 de mes cyclamen, et l'association me ravit!!!
Les dégradés de vert et de vert glauque du feuillage des cyclamen se marient à merveille avec le vert, un peu glauque lui aussi, des perce-neige.
Et la forme arrondie, étalée, du feuillage des cyclamen, contraste joliment avec es fines tiges et feuilles du petit Galanthus, et les met bien en valeur.
J'avais déjà testé le "truc" avec des perce-neige et des cyclamen d'automne (C. hederifolium), mais à cette saison, le feuillage de ces derniers n'est pas au mieux de sa forme, chez moi.
Alors qu'avec le purpurascens, yesss!!!!! Ca fonctionne superbement!
Je la trouve d'autant plus réussie, cette association, que les perce-neige ne sont pas comme certaines fortes têtes du pays des bulbes....
Je ne nomme personne, mais suivez mon regard...Ce ne seraient pas des colchiques, les énormes "salades" qui pointent déjà, là? Hmmm ??? Grrrr....
Je veux dire: les Galanthus, ils ne font pas de gros feuillages qui s'éternisent pendant des mois, EUX.
Les Galanthus, ils ne cachent pas pendant 3 mois tout ce qui a le malheur de pousser autour, EUX.
Ils ne mettent pas un mois à disparaître dans un grand déballage de jaunasse et de marronnasse, EUX...
Dès la floraison terminée, ils se font très vite oublier, laissant humblement la vedette à de moins lève-tôt qu'eux.
Braves petits.
Donc, deux charmantes plantes de mi-ombre, prises individuellement, et qui se complètent bien joliment en ce moment!
Vous ne trouvez pas?
Moi, j'aime bien jouer les marieuses, au jardin... ;o))