mardi 20 octobre 2015

Mes trois petites reines d'octobre! (Galanthus reginae olgae)

Hé hé... Ce titre (volontairement) ambigu vous aurait-il fait craindre une nouvelle crise de Mamie-mania? Ah, cette pauvre Zeph, toujours gaga devant ses petites filles! ;o))
Eh bien non! Faut pas confondre trois petites princesses canadiennes (qui le sont d'ailleurs 365 jours par an) et trois petites reines de jardin qui, façon Proserpine, disparaissent sous terre une grande partie de l'année!!!!
Et oui, vous ne rêvez pas, il y a bien trois perce-neige en fleurs au jardin depuis quelques jours!
Le titre fait référence à leur nom, tout simplement: ce sont des Perce-neige de la Reine Olga, alias Galanthus reginae-olgae! (en hommage, je crois, à la grande duchesse Olga, une Romanov devenue reine de Grèce en épousant le roi Georges 1er)
J'avais beaucoup hésité avant de les inviter chez moi... Non que je sois encline à m'entourer de têtes couronnées, loin de là ! Et dans un jardin campagnard plus ou moins soigné, en plus, au lieu des jardins à la Française tout pomponnés auxquels elles doivent être habituées!...Mais je savais que ces altesses méditerranéennes étaient réputées quelque peu frileuses...alors leur faire faire un séjour, prolongé si possible, à quelques encablures du Mont Blanc, c'était un peu risqué!
Et puis, c'est qu'elles ne sont pas si faciles à dénicher, mes altesses! Celles-ci sont arrivées en avion (c'était le moins que je puisse faire!) depuis la Grande Bretagne où elles séjournaient quasi-incognito.
J'entends déjà les murmures: "Houla! Des Perce-Neige? Déjà??? Eh, tu exagères, on n'est pas pressés de retrouver l'hiver, nous!"
Mais je trouve quant à moi, qu'un perce-neige d'automne, c'est un messager du futur printemps!
La coupe de la Reine Olga, en ce qui me concerne, est toujours au moins à moitié pleine! ;o)
Et puis, elles sont si gracieuses, mes altesses balkaniques! Non? Ca change un peu des Asters et autres Chrysanthèmes! Des étoiles, des étoiles, toujours des étoiles! Quelques petites clochettes blanches, ça repose les yeux! ;o))
En fait, il faut savoir leur proposer une chambre d'hôtes à leur goût. A savoir: chez nous en tous cas, au soleil! Eh oui, en pays "froid", elles adorent se faire une petite bronzette, au contraire de leurs cousins des neiges (Galanthus nivalis), qui préfèrent protèger leur teint pâle sous l'ombrelle de quelque feuillu bienveillant.
Et il vaut mieux leur éviter les rhumes de pied, aussi. Sont fragiles des arpions, les têtes couronnées, le saviez-vous? ;o)
J'ai quand même un petit atout dans ma manche; on dit qu'elles préfèrent les terrains calcaires (ceci dit, rien ne les empêche de s'installer en terre légèrement acide, si j'en crois un jardinier qui les cultive en Bretagne!).
En fait, il y a 2 branches dans leur arbre généalogique: les petites Reines Olga de printemps,G. reginae-olgae ssp. vernalis, et mes petites Reines Olga d'automne ,G. reginae-olgae ssp. reginae-olgae. Il faut reconnaître que vu la ressemblance avec leurs cousins bien connus (avec leur fer à cheval vert, tout simple mais de bon goût, au bord des pétales internes), je ne vois pas trop l'intérêt de se compliquer la vie à cultiver la branche "printanière"!
A moins d'être un galanthophile atteint de collectionnite aiguë, bien sûr! Que Dieu nous en préserve! ;o))
Les différences morphologiques avec les nivalis?
Il y en a quand même, mais il faut être pinailleur en diable pour s'y arrêter: des feuilles qui sont très peu développées au moment de la floraison (2 ou 3 cm, à peine), et une rayure gris très pale au milieu des feuilles en question. Je n'ai pas eu le courage de sortir le microscope pour aller vérifier de près, mais on le devine sur la photo...une fois qu'on vous l'a dit!
Il faut que je confesse un crime de lèse-majesté: j'ai bien failli leur faire le coup des Romanov, et les enterrer sans tambours ni trompettes, avec un banc de 200 ou 300 kg installé ce printemps en guise de pierre tombale, !!!
Il faudra d'ailleurs que je le déplace de quelques cm un de ces jours, car je soupçonne que l'un des trois bulbes d'origine est resté coincé là-dessous! Histoire de récupérer l'altesse souterraine, avec mes plus plates excuses bien sûr! Mais j'attendrai d'avoir du renfort pour ça, car mon pauvre dos déjà malmené cet été proteste rien qu'à l'idée de soulever la bêêête! ;o(
Mes petites reines sont installées là depuis février 2013. Elles ont donc déjà survécu à deux hivers isérois, là, au pied de la façade sud de la  maison, protégées des déluges par une légère avancée du toit, et du rhume de pieds par une terre rapportée (moins lourde que mon argile habituelle), et en légère pente pour faciliter le drainage. Ça a l'air de bien leur plaire, n'empêche!
Moralité:
- les altesses ne savent pas toujours lire (les bouquins de jardin, en tous cas!)
- d'ailleurs elles poussent plutôt en altitude (normal pour des "altesses", non?),jusqu'à 1000m dans leur pays d'origine,
- elles acceptent sans rechigner de s'installer dans une modeste chaumière (et n'amènent pas leur accordéon pour dîner, rassurez-vous!)
Bref, de jolies petites reines sans façons, à vous retrouver royaliste chaque octobre venu.
Du coup,, vous avez vu? J'ai joué à la "paparazza", je vous les ai mitraillées sous toutes les coutures. Sauf sous les jupes, évidemment! Faut pas pousser! (quoique... ;o))...Des altesses royales... ça ne se fait pas! ;o))...)
Eh! N'allez pas me traiter de snob, avec mes perce-neige d'automne à particule! Il y a bien  des colchiques de printemps, des crocus d'automne (vos "chers" petits safrans), et des roses...de Noël ! ;o)))
Moi je dis: Vive la Reine Olga!

28 commentaires:

  1. Encore un excellent cru Zeph et à moi les altesses elles plaisent bien. Les tiennes sont vraiment délicates et dire que je n'en ai aucune ! Mais qui est donc le Breton qui en cultive ?Belle journée en altitude.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ma pauvre grande...c'est un Breton du genre récalcitrant-du-clavier! Pas question de le dénoncer publiquement!;o) On annonce encore de beaux jours ici aussi! Profites-en bien! Bises

      Supprimer
  2. Je me ferais volontiers courtisane de ces belles altesses , sûr que je tenterais de leur offrir un joli palais ensoleillé à la mesure de leurs exigences !!! bon, je devrais me contenter de mes étoiles et de mes roses de noël qui sortent elles aussi de leur sommeil mais j'aurais au moins passé un bon moment avec le sourire aux lèvres à déguster cette royale présentation !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ton indulgence, Nathalie! Figure-toi que pendant les quelques jours d'absence, une quatrième altesse a fait son apparition! Ce doit être Anastasia, cette petite dernière !;o))
      Bises aussi flamboyantes que mes Cotinus obovatus, en pleine gloire d'automne!

      Supprimer
  3. Humm je vote à 100% pour ! Ils sont bien jolis ces perce-neige. J'ai invité les nivéoles d'automne et les crocus d'automne très étonnament fidèles mais pas encore les perce-neige d'automne. Il fausr y remêdier pour l'an prochain.
    Profites-en bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour sûr que j'en profite! Et l'arrivée d'une petite quatrième au côté de ses trois sœurs me fait d'autant plus plaisir qu'il n'y avait que 3 bulbes au départ. Donc c'est qu'elles se plaisent vraiment là! Pour te trouver des petites reines, il faudra attendre, elles ne figurent pas encore sur les listes des marchands de bulbes, en ce moment. Mais elles valent la peine qu'on surveille! Bonne chasse, François!

      Supprimer
  4. Ils sont adorables, tes petits perce-neige et j'ai beaucoup aimé ton récit très aristocratique.
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais ce fut un plaisir, chère Mme la Duchesse du Vieux Clos! Je te salue bien bas, bien que....grave entorse à l'étiquettte, à cette heure je n'ai pas encore enfilé ma crinoline-de-jardin! ;o))
      Bises sans particule!

      Supprimer
  5. Alors là.. je viens d'apprendre quelque chose de nouveau! Des perce- neige d'automne sans neige, moi j' vous le dit sans détour y'a de quoi y perdre son latin, pardon anglais!!! En plus tu es en train d'applatir ce pauvre déraciné sans doute déjà déboussolé de ne pas entendre le doux murmure de sa langue maternelle? Honte à toi houuuu!!!
    Bon sans rancune, mais c'est bien eu égard à ton pauvre dos. Christine des Glaces

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je m'en irai à confesse tantôt, tu as raison! ;o))
      Merci pour ta royale indulgence,et mon pauvre dos remercie ta grandeur de sa sollicitude! ;o))
      Ceci dit, il y a bien des perce-oreilles sans oreilles, et personne n'en souffle mot! Mais que fait la police???? ;o))
      Si les petites reines t'intéressent, il faudrait demander à Francis (Fcommefleurs) de t'en trouver une ou deux de derrière ses fagots! Je suis sûre qu'il doit en avoir quelques unes de bien cachées! Gros bisous!

      Supprimer
  6. Je suis content de te lire à nouveau! J'ai guetté longtemps, n'ai pas voulu t'importuner.

    Je l'ai au jardin aussi depuis 2-3 ans, mais les limaces en font leur festin... et l'automne n'est pas la saison à laquelle je pense encore devoir protéger mes plantes. Du coup, à force d'être boulotté, il a perdu à la troisième saison sa volonté à fleurir. J'espère que cette année, il sera de retour (je l'ai particulièrement protégé l'hiver dernier vu que lors du précédent, très peu froid, il n'en restait déjà rien en janvier)...

    Par contre, à ta place, si le tien a trouvé son chemin en rampant sous la pierre, je ne le dérangerais pas: il va progressivement se déplacer dans un lieu qui l'oblige à moins d'effort (et puis de toute façon, ça n'a pas l'air de l'embêter).

    Bon retour!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Laurent. Et bravo pour ta patience, je n'en méritais pas tant! ;o)
      Au lieu de déplacer mes petites reines,je vais plutôt décaler de quelques cm le banc qui s'est incrusté sur leur tête, tu as raison! Mais ce n'est pas plus facile, crois moi! ;o))
      Côté limaces, cette année je n'ai guère eu de souci. De plus, les petites reines étaient protégées par un énorme pied de gypsophile rampant, qui allait jusqu'au banc et débordait largement sur la terrasse dallée. Je ne l'ai ramené à de plus justes proportions que récemment. Je pense que ça peut aussi avoir dissuadé les baveux, cet amas de tiges toutes emberlificotées à traverser, sans gêner les petits reines qui commençaient à percer.Finalement, ce sont peut-être des perce-gypsophile, plutôt que des perce-neige! ;o)) Tu peux peut-être tenter de faire quelque chose de similaire?
      Amitiés ravies de te retrouver aussi!;o))

      Supprimer
    2. Je fais bien de revenir sur ton blog: parce qu'en hiver, je n'ai vraiment pas le réflexe "anti-baveux". Or, avec des températures aussi douces, ils doivent être bien actifs, il faudra que j'aille vérifier l'état de santé de ma petite protégée. Et lire ta réponse crée un joli rappel.

      J'ai constaté la même chose que toi: les limaces n'aiment rien plus que la terre nue. Le véritable secret, c'est de multiplier les obstacles. Des plantes menues perdues au milieu d'un fouillis sont toujours moins attaquées que si elles sont joliment isolées.

      Je me suis fait clouer le bec il y a quelques temps lorsque j'ai dit que la couche de feuilles mortes de l'hiver protégeait mes plantes. C'est vrai qu'elle constitue autant de refuges pour les limaces, l'été (encore que celles-ci préfèrent souvent se glisser sous les pierres. Mais elle accroît également les distances à parcourir, laissant le temps aux plantes de s'élever plutôt qu'être rongées sans cesse. Finalement, les lambines d'ombre résistent souvent mieux aux attaques que les dahlias au potager, qui sont rappés parfois jusque mi-juillet.

      Supprimer
  7. Quelle belle histoire ! c'est bon de te retrouver ! mais bon , moi , j'aime pas l'hiver et elles me font trop penser à la neige tes reines !!!
    bises .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec le beau temps qu'on a? Tu penses à l'hiver? A mon retour, le jardin s'était embrasé cette semaine, tout est orangé, pourpre et or. Le Canada a beau être réputé pour ses couleurs d'automne, c'est très surfait, je te le dis! J'en reviens tout juste, et mon jardin est plus coloré (et moins déplumé) que les plus belles avenues de Montréal! ;o)) Ça ne va pas durer, je sais bien, mais pour l'instant, le spectacle est magnifique! Et c'est vrai qu'on plus envie de regarder en l'air toutes ces couleurs d'arbres et d'arbustes, que de se pencher au ras du sol pour admirer de minuscules clochettes. Mais c'est aussi ce qui les rend si attendrissantes, et leur blancheur d'autant plus éclatante!
      Bises à toi aussi, Dany!

      Supprimer
  8. Elles sont bien mignonnes ! Mais tu les as dégotées où ces merveilles ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En Angleterre, Sylvie. Les miennes viennent de chez Avon Bulbs. Mais il faut guetter leur catalogue de Galanthus, qui ne sera en ligne qu'en février, je crois. D'autres sources sont peut-être plus faciles, d'ailleurs, notamment en Belgique! Tiens, je viens de regarder, il y en a chez galanthus.be, dispnibles à partir de décembre...pour 8.50 €le bulbe... (http://www.coolplants.com/catalog/index.cfm?site=galanthus&page=2 )

      Supprimer
  9. je les ai vues hier pour de vrai, ces petites reines Olga, dans le jardin de Geneviève et Michel, elles m'ont bien plu, non que je sois une galanthophile passionnée mais l'idée d'avoir des perce-neige en automne, me plairait bien, il faut que j'en trouve un pied sur le net, cela doit être possible ...
    Bon dimanche
    MC

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Regarde juste au-dessus, ma réponse à Sylvie, j'ai trouvé une adresse possible (il doit y en avoir d'autres!). Je suis ravie de vous avoir "contaminées"! ;o))
      Bonne chasse à toi aussi! ;o)

      Supprimer
  10. Elles sont déjà sorties ,
    j'en ai quelques pieds, c'est ravissant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait, Marine! Profite bien de tes petits reines, toi aussi! ;o)

      Supprimer
  11. Et zut ......... c'est très contagieux cette maladie! Bises fraiches et (encore) ensoleillées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout le jardin est dangereux, ma pauvre Tène, et plein de maladies chroniques insoupçonnées: la schloukomanie au printemps, la bouturite en été, la bulbofolie à l'automne, et la galanthophilie en hiver. Et j'en passe! Sûrement des maladies rares (d'origine génétique?), d'ailleurs, car le corps médical n'ose même pas en faire état, faute de traitement! ;o))
      Bises multi-contaminées! ;o))

      Supprimer
  12. Elles sont magnifiques! Je suis étonnée aussi de les voir dans ce contexte, en automne et sans neige! Veinarde !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Celles-ci (les reginae olgae), c'est dans leur nature, de fleurir en automne! Mais il faut trouver "le" bon emplacement pour les planter dehors, sous un climat aussi froid et humide que le mien. Une amie, pourtant meilleure jardinière que moi, et avec une terre bien plus souple et drainante, n'arrive pas (encore!) à les faire fleurir, à quelques km d'ici pourtant. Nous avons fait hier le tour de son jardin pour essayer de leur trouver un meilleur spot...j'espère que nous avons trouvé! Réponse dans un an ou deux...
      Du coup, comme il reste forcément de la place pour quelques bulbes, sous l'avancée sud du toit de ma maison (on trouve toujours une 'tite place! ;o))...),, j'ai bien envie d'essayer aussi Galanthus peshmenii, le petit cousin turc de la reine grecque, qui fleurit lui aussi en septembre-octobre! Insatiable, cette zeph! ;o))

      Supprimer
  13. Je suis si souvent étonnée en lisant ces billets... Merci pour l'adresse filée à Sylvie, je trouverai peut être, ça m'amuserait.. (dès fois qu'on s'ennuyerait au jardin... hein ?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben voilà! Encore une victime du charme discret de la petite Reine Olga !;o)))
      S'ennuyer au jardin??? C'est possible???? Ça, ce doit être grave, comme maladie! ;o))

      Supprimer