lundi 21 mars 2016

La grande soeur de Claudinette (Leucojum aestivum Graveteye Giant)

Comment? Vous ne connaissez pas Claudinette? ;o))
C'est le joli surnom affectueux d'un petit bulbe craquant comme tout: la Nivéole de printemps, alias Leucojum vernum.
Une cousine des perce-neige (ou Galantine), un peu plus tardive, et avec 6 tépales tous pareils et bien rangés, et 6 "ongles" peints en vert.
Claudinette, la petite sœur, début mars
Seulement...
Demoiselle Claudinette n'a pas toujours bon caractère, comme en témoignent les déboires de Dame Berthille en sa Lorraine.  (cliquez là si vous voulez en savoir plus: Berthille et ses nivéoles, ou la persévérance récompensée)
La Grande Sœur de Claudinette, mi-Avril
Heureusement, on peut appartenir à la même fratrie et ne pas avoir le même carafon.
Ça, j'en sais quelque chose, croyez-moi : des "soeurs", j'en ai 2...passons.
La grande sœur de Claudinette est nettement plus accommodante que sa cadette!
Côté physique, il y a indéniablement un air de famille.
Leurs fleurs se ressemblent comme deux gouttes...de lait.
(normal, elles sont assez proches des perce-neige, alias gouttes-de-neige /snowdrops en anglais ou fleurs-de-lait / Gal-anthus en grec).
Mais Dame Nature et son âme damnée, Miss G. Nettic, ont tricoté différemment les brins d'ADN (une maille à l'endroit, une maille à l'envers), et fait joujou avec les proportions du tricot.
Du coup:
- Claudinette a tout du Crocodile :de courtes pattes et une grosse tête,
- alors que sa sœur ainée joue franchement dans la catégorie Girafe, ou Hydre plutôt, avec un long cou, et plusieurs petites têtes au bout!
Enfin...petites, pas vraiment. Un peu plus petites que celle de la frangine caractérielle-sur-les-bords, mais très légèrement. A peine.
Côté caractère, par contre, comme je vous le disais....
D'ailleurs, il y a de ces coïncidences, des fois...
Ne trouvez-vous pas ...hum... curieux...que la petite-qui-râle-pour-un-oui-pour-un-non ("Haaaan... pas assez humide! trop acide!", "trop à l'ombre!" ou"trop au soleil!" etc....) soit comme par hasard une indigène bien implantée dans l'hexagone, alors que la grande sœur, plus facile à vivre, y est une rareté à l'état naturel?
Dis-moi ce qui pousse par chez toi, je te dirai qui tu es?....  ;o))
Bon, ne faites pas attention, mettons que je n'aie rien dit! ;o)
Le vrai nom de la Grande Sœur, celle que l'on trouve en jardinerie ou en pépinière, c'est Leucojum aestivum 'Gravetye Giant'. La nivéole dite "d'été"..qui fleurit au printemps, bien sûr. :o)
Elle fleurit généralement, et généreusement, entre mi- et fin mars, puis tout le long d'Avril, ne s'endormant que lorsque les clochettes de muguet viennent à la remplacer.
Ce qu'elle préfère, idéalement, ce sont les terres plutôt argileuses, qui restent fraîches, et la mi-ombre.
Mais j'en ai vu qui prospéraient dans des conditions très variables!
Ici certaines sont même en plein soleil, et ça n'a pas l'air de les gêner le moins du monde.
Un seul bulbe au départ, à l'ombre claire
Je n'ai pas assez d'expérience pour connaître les limites de leur tolérance, mais je peux vous assurer que les petiotes, elles, sont loin d'être aussi tolérantes.
La preuve? Je les aussi essayées au soleil, pour voir.
Eh bien elles m'ont fait une de ces tronches... pas beau à voir, je vous assure! ;o)
En plein soleil,  au dessus d'une murette donc bien drainé, voire un peu sec l'été
Comme je suis bonne pâte, je les ai vite rapatriées dans leur chère mi-ombre... où elles ont encore fait la goule en biais pendant un an (faut dire qu'on n'aime pas trop déménager, dans cette famille). Elles ont fini par se remettre les doigts de pied (enfin.. les racines) en éventail l'année suivante.
Vous savez, avec ce petit air blasé (mais très satisfaites qu'on ait cédé à leurs caprices), la tête négligemment penchée pour contempler leur vernis à ongles vert, en train de sécher sans doute, comme de vraies divas en peignoir dans une loge de théâtre!
à l'ombre, ce 21 mars 2016
Mais ne soyons pas médisante, et revenons à la grande sœur, si vous le voulez bien.
En ce moment, les touffes en situation ombragée commencent à ouvrir les premières corolles, alors que celles qui sont plus au soleil en sont encore toutes au stade "petits pois". Eh oui, c'est à ça que leurs boutons me font penser! ;o)
les boutons - petits pois!
Puis une première clochette regarde en l'air, le temps de vérifier si le temps lui convient, et se remet la tête en bas pour appeler les autres  têtes, j'imagine!
Il y en a jusqu'à 5 par tige, des têtes.
Ce qui donne un effet de masse assez spectaculaire, pour peu qu'on ait mis plusieurs bulbes au départ, séparés d'une dizaine de cm les uns des autres.
Une fois en pleine gloire, elles mesurent environ 40 cm de haut chez moi, mais peuvent sûrement faire mieux dans une terre moins compacte.
Et les tiges sont bien solides. Je les ai parfois vues un peu penchées, dans mon pays venteux, mais jamais par terre. Et quand il y a juste un peu de vent, elles oscillent avec une grâce étonnante.

J'ai bien envie de leur donner un surnom, à elles aussi. Si la petite est  "Claudinette", alors ce serait peut-être..."Clairette", puisque Claire était la sœur de lait (ça ne s'invente pas!) de la célèbre Claudine de Colette!
C'est dit! Vive la Clairette! Hips! A ta santé! ;o))
Et tu sais ce que la Clairette te dit? Hips!
Vous savez quoi?
Je crois bien que ce printemps, je vais m'en remettre une petite dose, de Clairette, ou même plusieurs...si je m'trouve un fournisseur à pas cher... (vaut mieux y aller franchement du godet, vu qu'elles non plus n'aiment pas avoir le gosier sec!!!)
Eh...Y'a pas d'mal à s'faire du bien!
Euh... je parle des nivéoles, uniquement des nivéoles, j'espère que vous l'aviez compris! ;o))

14 commentaires:

  1. Je les aie découverte ce weekend dans un jardin que tu connais bien. Comme toi, je pense qu'une petite goulée de clairette ferait du bien au jardin. Elle est notée en haut de ma liste pour la fête des plantes de St Priest (avec les les hellébores jaunes doubles vues à la même occasion).
    Je te souhaite de belles journées, propices à l'observation de la belle clairette et au jardinage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah... voilà confirmation de leur tolérance! Vu que le jardin en question est en terre acide..et à plus de 1000 m d'altitude! (Dame Berthille, si tu nous lis...). Comme quoi, la Zeph, elle ne raconte pas que des ... bêtises! ;o)
      Merci Hélène pour ce précieux témoignage!
      La neige a fondu, chez toi? J'espère que tu as pu reprendre le jardinage, toi aussi! Bises et à tout bientôt alors!

      Supprimer
  2. Alors non seulement on apprend en te lisant mais qu'est ce que l'on rit bien. Bon pour la clairette je vais éviter vu l'heure( je travaille demain matin et ça ne ferai pas sérieux) mais bon des clairettes dans mon jardin argileux, j'y penserai!
    Bises. Christine des Glaces

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es toujours bon public, et indulgente avec mes petits délires, ma chère Christine... des-glaces-fondues, j'espère! Remarque, un petit coup de Clairette après une glace, ça peut très bien le faire, tu as raison! ;o))
      Bises sobres et printanières!

      Supprimer
  3. C'est re-moi
    J'en ai trouvé chez Botanic ce midi. J'allais chercher du carex panaché blanc et des primevères blanches doubles et mon oeil a été attiré par des clochettes blanches qui sont bien des goutes de Clairette. 4.5 € dans mon cady. Il me reste à leur trouver une place après qu'elles aient fleurit à l'intérieur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon à savoir, Hélène! Merci! Ça prouve que "ton" magasin a plus d'imagination que le mien! ;o))
      J'espère que tes clochettes-clairettes vont sonner joyeusement demain! ;o) Bises

      Supprimer
  4. J'arrive, j'arrive mais j'ai à nouveau des soucis avec mon ordinateur qui devient de plus en plus caractériel avec l'âge :-(
    Depuis que tu nous les avais montrées il y a quelques années, je les cherche en vain tes Clairette (sans alcool pour moi svp). Et maintenant que je les sais encore plus accommodantes, elles me sont in-dis-pen-sables maintenant ces (pas si) petites beautés.
    Christine a raison, qu'est-ce qu'on a la banane en te lisant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaaah... chacune son tour, avec ces engins! Je compatis sincèrement, tu t'en doutes, avec tous les déboires que j'ai connus ces derniers temps avec le mien!
      Si les Clairettes persistent à refuser de se montrer en Lorraine, je prendrai les choses en main, promis!
      PS: tu sais, la Clairette, pour moi, c'est surtout un souvenir d'enfance: nous nous arrêtions toujours à la cave coopérative de Die, avec mes parents, en partant en vacances dans le Queyras chaque été. Les "bulles" et moi, quoi que ce soit d'ailleurs qui entoure lesdites bulles, on n'est pas très copains!!! ;o))
      Bises sans bulles!

      Supprimer
  5. Les Clairettes poussent très bien dans mon clos à la terre argileuse, voilà donc une occasion de faire plaisir à Berthille qui ne manque jamais une occasion pour m'envoyer une de ses protégées.
    Crois-tu que je peux taper dedans alors qu'elles sont en fleurs ? Vont-elles apprécier ? ou faut -il attendre leur repos estival ???
    Bises à bulles pascales
    MC

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, ben ça c'est super gentil, MC!
      Je crois que dans nos terres argileuses, on peut se permettre de les déplacer maintenant, oui. A condition, bien sûr, de laisser un peu de la terre autour des racines, et de couper les tiges florales. Il faut laisser les feuilles, par contre, quitte à les plier sans les briser, dans l'enveloppe.(Elles en auront besoin pour refaire des réserves et fleurir l'an prochain)
      Une suggestion (si tu ne le fais pas déjà!): papier sot-lapin enrobé autour de la petite motte, à humidifier après enrobage, puis mettre dans un sac "zip" un peu gonflé puis soigneusement refermé pour qu'il soit étanche: il fera "matelas d'air" pour les protéger des éventuels chocs pendant le transport...
      Bises pascales attendries! ;o)

      Supprimer
  6. C'est incroyable , sur les photos , pas de coup de coeur mais une fois le nez "in situ " , c'est le coup de foudre ...........Merci encore POUR TOUT ma Zeph , je te bise sous le soleil de Touraine

    RépondreSupprimer
  7. Je les ai plantées il y a quelques années, et il m'en reste une. Du coup, pour l'effet de masse, on repassera, c'est juste une plante mignonne et discrète chez moi. A force de planter partout, j'ai sans doute donné un coup de bèche (enfin, de plantoir : dans les parterres plantés, j'y vais mollo) mal placé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est dommage, Laurent.
      Ici, je ne saurais dire si elles se multiplient ou non. Il y a bien 2 nouvelles plantes, que je suis sûre de ne pas avoir plantées là. Mais sont-ce des semis, ou des bulbes déplacés à l'insu de mon plein gré? Mystère... Par contre, le nombre de tiges par bulbe a bien augmenté, ça c'est sûr!

      Supprimer
    2. Et moi, elles sont plantées ensemble avec des Nectaroscordums, ce qui fait que j'ai parfois un peu de mal à les reconnaître, en début de pousse.

      C'est dommage, il y a aussi un Dicentra spectabilis 'Valentine', et ensemble, ils formaient un beau duo en rouge et blanc!

      Supprimer