mercredi 18 mai 2016

Fausse modeste ou vrai coucou? (Lamium orvala)

Ah ça, pour de la courbette, ça c'est de la courbette! ;o))
Tout y est!
Tunique de soie traînant par terre...
Longues manches couvrant des mains prêtes à se joindre...
Genou légèrement fléchi pour mettre en valeur la taille fine...
Et ce coquin de petit chapeau cloche humblement rabattu sur les yeux....
Avez-vous déjà vu plus humble révérence de courtisane à la cour de l'Empereur de Chine?
Mais... croyez moi, il ne faut pas s'y fier!
Oh, je sais pourquoi tu t'es lancée dans les salamalecs, pestouille!
Tu sais que ton avenir à ma cour (ou plutôt, dans mon jardin) est incertain!
Je t'avais pourtant adoptée avec enthousiasme, dans ta jeunesse. Pire, j'avais aussi adopté ta sœur jumelle, à la tunique blanche.
Mais tu m'as déçue. Oh, certes, jusqu'en Juin, tu fais la belle, tu te tiens droite, tu te montres sous ton meilleur jour. Je sais.
Le coup de la tunique de soie et des courbettes, ça dure...quoi... quinze jours? Bel effort! Vraiment!
Mais à partir de Juillet, quel relâchement!
D'abord tu perds tes beaux atours de courtisane, puis tu t"abouses" lamentablement, que dis-je, tu te vautres par terre sans élégance aucune.
Pfff. Ah, ils ont bonne mine, mes massifs, avec ces tiges ramollo, et ces feuilles désséchées du plus mauvais effet autour de tes gambettes. Un bien triste spectacle.
Je n'ai même jamais pris la peine de te tirer le portrait quand tu es dans cet état, ce serait franchement gâcher les pixels!
Courtisane, toi? Pfff... je te soupçonne fort d'être une coucou-rtisanne, plutôt!
Un genre de coucou végétal!
Tu t'es introduite dans le jardin au printemps, en loucedé, mine de rien, jolie vivace au milieu d'autres jolies vivaces, comme un oeuf posé parmi d'autres oeufs dans un nid.
Mais une fois dans la place, tu prends tes aises, tu lèves enfin le voile et révèles ta vraie nature de coucou, prenant la place d'une autre pour mieux te laisser aller à ta nature profonde: la paresse.
A quoi bon se tenir droite en plein été, c'est ça?
Ca tient trop chaud, une tunique de soie, peut-être?
Alors la Miss fait du strip-tease.... Sauf qu'elle n'est vraiment pas douée, la Miss, pour le striptease! Beuark!
Et il ne reste qu'à te supporter tout le reste de l'année dans tes haillons de souillon mal fagottée.
Mais pas la peine d'essayer de te cacher derrière le tronc du Malus coccinella. Je t'ai dans le collimateur!
Tu ne croyais quand même pas que ça allait durer, cette vie de château "à pas cher"!
D'ailleurs,  en soulevant ton soit-disant minois humblement baissé, je crois que je t'ai prise en flagrant délit de sournoiserie, montrant ta nature maléfique sous le chapeau faussement baissé.
Regardez, mes amis... vous avez vu, sous le chapeau, ce cou démesuré, ces yeux chafouins et ce sourire carnassier? On dirait une mante religieuse! Ça en dit long sur le personnage, je trouve!
Alors, à votre avis... dois-je sévir? Lui offrir un billet aller simple pour le tas de compost? Ça me démange depuis longtemps.  Seule la flemme m'a jusqu'ici retenue: vaut-elle vraiment la peine qu'on se fatigue à la sortir de là?  Qu'en pensez-vous?

26 commentaires:

  1. Ben j'vais justement succombé à son charme vénéneux dernièrement, et tu dis qu'il s'écroule ! Il est juste devant une petite barrière anti-rabbits donc j'espère qu'il aura la délicatesse de s'écrouler du bon côté !! Je vais le surveiller, merci de l'info Zeph ! Bizh.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être se comportera-t-il mieux chez toi! Des amis qui jardinent à 1000m d'altitude en sont contents (eux!). Ils sont même volontaires pour l'adopter si besoin... alors bonne chance au tien, Maryline! ;o)
      B'isères, bis'ère!

      Supprimer
  2. Bonjour chère Zeph,
    Je ne sais pas, je n'ai pas dans ma campagne de lamiers si sophistiqués... que du sauvage, du rustique, du sans-nom - mais pas du sans-grade : c'est qu'elles poussent toutes seules et vigoureusement, mes sauvageonnes ! Elles sont belles, et lorsqu'elles disparaissent, elles sont remplacées par des voisines tout aussi envahissantes et sans souci.
    Mais je garde le nom de cette paresseuse : quand j'aurai le temps de planter, je penserai ... à ne pas la planter !
    Amitiés jardinières,
    Phrynè

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Apparemment, d'après les copains (plus indulgents que moi, sûrement!) il se comporterait mieux en altitude. Je demande à voir... mais la belle saison y étant bien plus courte qu'ici, peut-être n'a-t-il pas le temps de devenir moche, tout simplement! ;o)))
      Je ne fais que relater une expérience personnelle, ce n'est pas forcément valable partout...
      Humbles bises...

      Supprimer
  3. Justement je viens de lui tirer le portrait lors de ma visite à Giverny; je l'ai trouvée superbe et je l'ai exposée sur FB en demandant son identité et c'est bien elle!!!
    Le monsieur qui l'a identifiée m'a gentiment proposé des graines!
    Du coup je ne sais plus que faire!!!!tu me mets le doute! je la trouvais si belle!!!
    Allez garde la la pauvrette!
    grosses bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas sûre que je suive ton conseil d'indulgence, Dany...la place est comptée ici, et je lui ai trouvé une famille d'adoption... en altitude, où selon cette famille elle ne pose pas le même problème (faute de temps, peut-être). En ce qui concerne ton propre jardin, je ne saurais te dire... j'aimerais bien avoir confirmation par un autre jardinier de ce comportement mal-vieillissant ailleurs....
      BIsous!

      Supprimer
  4. Bonjour Zeph,
    je suis jardinière-débutante en montagne depuis 15 ans, et mon jardin et moi souffrons beaucoup de ce dilemme : tout garder, ou opérer une sélection drastique ? En juin, splendeur des pavots-lupins-ancolies qui explosent en se mêlant avec bonheur. Après, néant, que des vestiges tristounets sans fleurs. Juin trop beau, été trop moche.
    Ta miss-coucou, tu ne peux pas lui trouver des courtisanes qui essaieraient de lui piquer la vedette, quelques tardives qui s'étaleraient sans vergogne jusqu'à la cacher ? Cherche bien, tu vas trouver !
    Bises des Pyrénées

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour petite fourmi de montagne! Toi, tu pourrais l'adopter, par contre, si j'en crois mes amis du haut-forez! Apparemment, ce phénomène d'avachissement peu ragoûtant ne se produirait pas chez eux, en montagne... savoir s'il ne se produit pas (faute de temps, car saison plus courte), si le terrain plus léger et acide lui convient mieux que mon argile compacte, ou s'ils ne le voient pas par indulgence ou grâce à une autre plante qui le cache, je ne saurais te dire....
      Bises de l'Isère-misère! ;o)

      Supprimer
  5. Je ne l'ai jamais tentée (sais pas pourquoi, peut-être comme Melittis: ni convaincu, ni pas convaincu).

    Est-ce qu'elle ne manquerait pas d'eau, sous son pommier? La planter plus à l'humidité?

    Et si ce n'est pas ça: après tout, les pulmonaires sont moches après floraison, les centaurées aussi, et moi, je rabats tout ce petit monde qui me refait un beau feuillage pour le milieu de l'été: un stratagème possible?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Manquer d'eau, ici, il faut le vouloir, tu sais... même sous un pommier: mon argile la retient très bien! Mais le coup de la tonsure, ce n'est pas bête, tiens.. je vais essayer cette année, avant de la répudier! Merci pour l'idée, Laurent! ;o)

      Supprimer
    2. Tu nous diras ce que ça donne? ;-)

      Supprimer
  6. c'est certain ... après ce billet je regarderais d'un autre oeil mes lamiers ! j'ai le rose, le blanc, le mauve...et le jaune (oui, je sais... un peu réducteur que de les nommer uniquement par leurs couleurs !)!! et quand tout est défleuri je joue du sabre :) un sacré boulot mais j'aime trop lorsqu'elles font les belles alors tu devrais peut être laisser une petite chance à ta fausse modeste car je la trouve ravissante en tant que courtisane et ses beaux atours, même s'il ne durent qu'un temps valent sûrement un coin de ton jardin :)
    bisessssss

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah. Toi aussi tu joues les coiffeurs pour lamiers, comme Laurent. Décidément, c'est dit, j'essaie cette année! Merci Nathalie! Si ça marche, promis, je t'en garde un petit bout pour notre prochaine rencontre!
      Bisous agrémentés d'un léger parfum d'espoir... ;o))

      Supprimer
  7. Les lamium courent dans les endroits les moins cultivés du jardin... en jaune, en blanc! Rien de sophistiqué, juste de jolis feuillages et des fleurettes. Les plantes disparaissent pendant la canicule, c'est vrai, mais j'ai parfois une petite floraison en octobre!
    Je me serais laissée tenter par cette belle!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr! Quand elle est en fleurs, on lui donnerait le bouddha sans confession! ;o))
      C'est bien là mon drame...;o))

      Supprimer
  8. Ah ben alors, moi qui était si fière de la première floraison de la mienne plantée l'année dernière, me voilà dubitative. La mienne est dans un coin à mi ombre dans une terre humifère, je vais la surveiller de près pour voir si elle se comporte de la même façon.
    m'en vais ouvrir l'œil nom de bois!!
    Bises déconfite. Christine des Glaces

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Attends! Je ne voudrais pas t'avoir alarmée inutilement! Par contre, ton expérience m'intéresse bigrement. Tu me diras ce que ça a donné?
      De mon côté, je vais suivre le conseil de Laurent et Nathalie, et la ratiboiser après la floraison, pour voir. On se tient au courant, d'accord ma belle?
      Bises d'une zeph prompte à la seconde chance, mais pas à l'indulgence pour les multi-récidivistes!

      Supprimer
    2. Ok je surveille de près et te tiens au courant de l'évolution. Bises
      Christine des Glaces

      Supprimer
  9. Oh la pauvrette, trouve lui un petit coin discret où elle pourra te faire de l'oeil pendant sa belle saison et où tu sauras l'oublier ensuite, elle n'a pas mérité le tas de compost...
    Bises attendries
    MC

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Décidément, vous êtes tous d'une indulgence formidable! On pourrait dire la même chose de pas mal d'autres petites plantounes annuelles mal aimées, genre oxalis corniculata, cardamine hirsute ou Portulaca oleracea! Elles disparaissent assez vite, ou n'apparaissent que tardivement, après tout! Et tu les laisses vivre tranquille, toi?
      Bises implacables! ;o))

      Supprimer
    2. Eh oui, je ne sais les détruire mais je suis implacable avec les boutons d'or, orties, et surtout liseron qui me rend folle !
      Bises de la Picardie sous les eaux !!!
      MC

      Supprimer
  10. Il n'est pas question que je l'enlève la courtisane, c'est une amie blogueuse qui ne l'a donnée et j'y tiens.Comme dit un com plus haut, lui adjoindre une compagne d'été qui la dissimulerait.Comme c'est sa première année chez nous, je vais observer son comportement et sa tenue de près.A suivre.Et si tu la considérais comme une pauvre souillon de Cendrillon qui , une fois par an, revêtirait ses beaux atours pour charmer son prince ?Allez, je suis certaine que tu auras à coeur de jouer le rôle de sa marraine, la fée !!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah. Une autre planteuse de lamier. Chic. Je suis impatiente de connaître son comportement chez toi, Maryse. Peut-être suis-je une victime isolée de la Malédiction du Lamier orvala??? ;o)
      J'essaie la tonsure intégrale après floraison, suggérée par Laurent et Nathalie, et toi, tu reviens me dire ce que ça a donné chez toi cette année? OK? Rendez-vous donc à l'automne pour comparer nos expériences, si tu veux bien!
      (j'avoue avoir de moins en moins de patience pour les plantounes qui sont moches dans le jardin plus de quelques semaines, c'est vrai! Honte à moi...)

      Supprimer
    2. C'est OK Je vais la serrer de près!!!!Rendez vous à l'automne prochain

      Supprimer
  11. Soyons indulgents ! Une plante qui montre son genou légèrement fléchi pour mettre en valeur la taille fine... humm... elle a au moins ce mérite ;-) !!!!
    Mais c'est vrai qu'elle a tendance à se relacher un peu... On ne peut pas rester dressé éternellement :-) Allez, encore une petite chance pour elle, comme ici sous la grande ombrière. Cédric

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Cédric! Ce petit mot me fait grand plaisir, même si je ne partage pas ton indulgence généralisée pour la gent féminine à taille fine! ;o))
      Est-ce que tu lui coupes la boule à zéro après floraison, comme le suggère l'ami Laurent? Hum... je n'imagine guère que tu aies le temps de jouer au coiffeur-pour-lamiers, mais si tu avais le temps, le ferais-tu?
      Amitiés d'une vadrouilleuse ravie de son petit "viron" bressan!

      Supprimer