dimanche 8 mai 2016

La nostalgie d'un Cafre: mémoire d'un déraciné (Schyzostylis coccinea rosea)

Pauvre petite fleur immigrée....
Pourtant, elle avait l'air de s'être bien intégrée, fleurissant d'abondance en octobre, lorsque les jours raccourcissaient, que la lumière se faisait plus douce mais plus rare, apportant à elle seule un peu de gaîté aux massifs déclinants...
Je la croyais heureuse!
Jusqu'ici, je ne l'avais jamais entendue se plaindre, d'ailleurs.. même en tendant bien l'oreille!
Mais là, j'en ai le cœur serré pour elle.
Je l'entends presque gémir...

"Est-ce que ce monde est sérieux?....
Afrique du Sud, je me souviens... "

Se rappelle-t-elle vraiment, parfois?
Qu'il y a longtemps, si longtemps, elle vivait bien loin d'ici, et que c'est bien en mai, et non en octobre, qu'elle était prête à éclore ses jolis pétales tout de rose vêtus...
Mais elle est si loin, son Afrique du Sud natale.
Comment a-t-elle fait pour garder ce souvenir bien enfoui?
Dans ses racines, peut-être?
Dans ses gènes?
Spectacle insolite, en tous cas, en ce joli mois de mai de l'hémisphère Nord!
D'autant qu'elle a choisi de surgir en plein milieu d'une touffe d'Iberis sempervirens bien blanche.
On n'y voit qu'elle.
Mais oui, vous l'avez reconnue: c'est bien Schyzostylis coccinea rosea, le "Lys des Cafres" rose.
Les Cafres, ce sont des noirs d'Afrique du Sud.
Et dire qu'au départ, c'est un terme méprisant, signifiant les "infidèles", en gros. Infidèle, elle? Pourtant voyez comme elle montre avec fierté ses origines australes!

A moins que ce ne soit le décalage horaire.
Six mois de "décalage horaire"?
Quand on voit ce que six heures me font, à moi, au retour du Canada, on comprend que ce soit dur à résorber! ;o)
Je me demande parfois... Toutes ces jolies plantes d'un autre ailleurs, que nous regardons et soignons avec tant d'amour... nous oublions vite que nous les avons sauvagement transplantées de l'autre bout du monde.
Certaines, bien sûr, les aventurières, se sont empressées de coloniser ce nouveau territoire,  mais c'est une minorité guerrière.
Les autres, les douces, les fragiles, ne sont-elles pas pas tristes, au fond de leurs racines, en pensant à leur pays natal et à leurs voisines de là-bas, qu'elles ne reverront jamais?...


Tiens, pour ne pas se mettre le moral dans les chaussettes après cette évocation horticolo-philosophique de cuisine....puisque vous êtes là... et que vous avez semblé vous amuser avec le petit quiz d'Avril...
Un mini-quiz  en fin d'article, ça vous dit? Toujours en blanc.... Mais que des froufrous, cette fois!

Froufrou de mai  n°1
Froufrou de mai n°2








A vous de jouer!




13 commentaires:

  1. Ils sont aussi en fleurs en Bretagne, un temps doux et humide qui doit les désorienter !
    Le froufrou n° 1 pourrait-il est un silene frimbriata ? Quant au n° 2 ...

    RépondreSupprimer
  2. Oups, j'ai oublié de signer mon message : Françoise l'étourdie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Waaaahh... tu commences très fort, Françoise! Oui, c'est bien Silene Fimbriata, bravo!!! Tu vois! ;o)

      Supprimer
  3. Comme Françoise pour le 1. Quant au 2 c'est le joli m........s t........a (hihihi). Il se prépare ici, 3 fleurs, chouette, chouette, chouette !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu laisses le suspense, coquine! Tu as raison, bien sûr que c'est lui! ;o)Bises complices

      Supprimer
  4. Ha trop injuste j'arrive trop tard pour la silène fimbriata qui se porte à merveille chez moi et dont nous venons de parler cette AM avec dame Berthille. Pour la deuxième ??
    Bise chaude des Vosges. Christine des Glaces.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne la savais pas si populaire, la belle Silène! Bravo à toi aussi, chère Christine!
      Bises bien mouillées de l'Isère!

      Supprimer
  5. Pour le petit quizz : en numéro un j'avais reconnu une silène mais sans pouvoir t'en offrir plus de précisions quand au deuxième ... est ce qu'il porte chance celui-ci aussi ?!!! :))) deux très jolies plantes dont les froufrous sont loin de me laisser indifférente !! quand à ce cafre nostalgique j'ai eu la grande joie d'admirer sa floraison il y a une semaine !!! je suis restée baba devant la finesse et la douceur de son teint de rose !! il semblerait que la chaleur de la serre lui ait réussi !!! merci pour ces petits bonheurs Zéphirine !!! bises tout plein !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans un certain sens, oui, il doit porter bonheur, le froufrou n°2, surtout pour les Irlandais! ;o))
      Je suis ravie en tous cas que mon petit "schlouk" sud-africain s'épanouisse d'aise grâce à tes bons soins! Je n'en doutais point, d'ailleurs! Ravie de t'avoir fait ce petit plaisir à bon compte, chère Nathalie! Bises bien arrosées!

      Supprimer
  6. Pour la première , je ne savais pas et je fais confiance aux spécialistes.Pour la deuxième, je tente le trèfle d'eau "Menanthès trifoliata " pour l'avoir cherché dans la flore auvergnate.
    J'étais justement entrain de chercher le nom d'une fleur que François m'avait donné et je me demande si ce n'est pas un lis des cafres rouge .J'attend qu'il s'ouvre plus pour vérifier.
    Il est vrai que l'homme a changé l'ordre naturel des choses mais doit on s'en attrister ? Nos régions s'enrichissent de cette nouvelle flore et peuvent jouer un rôle de sauvegarde .Des plantes endémiques ne disparaissent elles pas dans leur milieu d'origine de façon naturelle également? Vaste sujet !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bravo Maryse!!! Le n°2 est bien Menianthes trifoliata, le trèfle d'eau, oui.(d'où mon allusion à la chance pour les irlandais). C'est une aquatique, effectivement. J'adore ces "plumes d'autruche" blanches dont il s'entoure à la floraison! Je me demande à quoi cela lui sert... tu crois que les insectes pollinisateurs aiment les chatouilles???? ;o))
      Pour ta plantoune, il va probablement falloir attendre octobre pour vérifier si c'est bien ça! A moins qu'elle ne soit déboussolée elle aussi!
      Je suis d'accord avec toi au sujet de la conservation de certaines plantes, bien sûr. Et nous n'aurions ni patates ni tomates sans ces transplantations!
      Je ne parlais pas de tristesse, juste de nostalgie... j'aime bien rêver que nos plantes ont une âme, elles aussi, des émotions...;o)

      Supprimer
  7. J'arrive après la fin des débats mais je n'aurais pas trouvé le deuxième froufrou !!!
    Bises de Picardie au climat complètement instable !!! ( un jour, je lave et range les pulls d'hiver, le lendemain, il faut les ressortir, quelle pagaille sur terre ! )
    MC

    RépondreSupprimer
  8. Amusant! On a parfois la surprise inverse: une printanière qui fleurit en septembre (ça m'arrive parfois avec les hémérocalles lilioasphodelus)

    Trop tard pour les jouer, j'aurais identifié la seconde et le genre de la première, mais pas l'espèce... ;-)

    RépondreSupprimer