vendredi 14 avril 2017

Une héroïne shakespearienne au jardin (Epimedium Ophelia)

"Ô pâle Ophelia! Belle comme la neige!"
Je ne vais vous réciter ni du Rimbaud ni du Shakespeare, rassurez-vous! ;o)
D’autant que l'histoire d'Ophelia n'est pas particulièrement gaie...:o(
Quel dommage,d'ailleurs, d'avoir donné ce nom pleurnichard, triste et mourant à une si belle plante!
Les Epimedium, vous connaissez tous.
Il y a les costauds de chez Costo ('Frohnleiten',  par exemple), les petites natures (la plupart des grandiflorum, chez moi!), et tous les intermédiaires possibles.
Il y a les mini-mini (comme  le pauciflorum, qui ne dépasse pas les 10 cm ici!), et les forces de la nature, comme 'The Giant', qui peut, parait-il dépasser les 2 mètres de hauteur!
Ceux qui arborent des grappes de toutes petits fleurs microscopiques (comme Epimedium borealiguizhouense), et ceux à très grandes fleurs comme les grandiflorum bien nommés (mais chochottes chez moi, hélas).
Les bien sages (parfois trop à mon goût!), qui restent en touffe (E. fargesii par exemple, ou l'incroyable 'William Stearn', qui fleurit tout l'été ou presque), et les tapissants (E. alpinum et consorts)...
'Ophelia', c'est l'un des Epimedium de Thierry Delabroye. Une référence...
Elle est issue d'une espèce découverte il n'y a pas très longtemps, en Chine et au Japon: Epimedium latisepalum ("aux larges sépales").
Une belle et grande plante (environ 50 cm de haut).
De grandes  et longues feuilles persistantes, toutes marbrées dans leur jeune âge.
Et de grandes fleurs blanches à cœur crème à jaune pâle.
On aurait pu s'en tenir là! D'ailleurs, on trouve l'espèce-type chez un certain nombre de pépiniéristes.
Seulement voilà... on ne vous dit pas tout quand on vous vante ses mérites!
J'aime beaucoup les plantes dites "botaniques", les espèces, simplement semées à partir d'une plante trouvée dans la nature. Ce sont généralement les seules à être fidèles de semis, d'ailleurs.
Mais.... des fois, un petit coup de pouce de nos horticulteurs ne fait pas de mal!
Car Epimedium latisepalum a un petit défaut: il fait des tiges florales trop fines pour supporter le poids de ses immenses grappes de grosses fleurs..et du coup, il a un-peu-beaucoup tendance à faire la courbette, et à étaler ses jolis petits bonnets blancs sur la  moquette dès leur réveil. C'est bien joli, de faire tout le temps la révérence, mais dans le cas d'espèce (si j'ose dire!) , elle n'est pas très classieuse, la courbette, surtout quand il pleut! Et que les fleurs se retrouvent plus marronnasses qu'une rose d'Albéric Barbier en fin de floraison...Pouah...

Alors Me Delabroye a savamment joué les marieurs (et les tripoteurs de pistil!) pour résoudre le problème.
Comment s'y est-il pris?
Avec quel autre fleur des elfes a-t-il comploté pour avoir des rejetons un peu moins serviles?
Mystère, mais le résultat est là: le bébé a gardé toutes les qualités de la maman, mais il a des gambettes en acier plutôt qu'en guimauve!  Surtout au début de la floraison.
Après, ça dépend un peu de la météo... ou du jardinier...
J'ai dû y aller un peu fort, avec mes grosses pattes pleines de doigts et mon gros tuyau jaune, il y a quelques jours..
Du coup, certaines tiges n'ont pas vraiment apprécié.
Mais on voit encore que celles que j'ai épargnées sont toujours solides au poste, faisant un petit pow-wow avec les fleurs du Viburnum plicatum 'Shasta', en grande préparation pour son show de printemps...
Vous pouvez me croire sur parole: 'Ophelia' a un port de reine, elle sait se tenir, en bonne princesse qu'elle est! ;o)
Je résume: un grand epimedium, dans tous les sens du terme:
Beau volume, belles et grandes feuilles marbrées dans leur jeunesse, très nombreuses grappes de grosses fleurs blanches et crème, et un tempérament plein de bonne volonté:
J'ai été surprise de sa vitesse de croissance... elle n'est au jardin que depuis 2 ans, et elle a déjà une belle présence! Certains autres, par contre, ont mis plus de 4 ou 5 ans pour ressembler à quelque chose, dans mon argile compacte!
J'ai lu quelque part que Maman latisepalum préférait (voire "exigeait"!) une terre acide...
Ah bon... Est-ce le mystérieux papa qui a appris les bonnes manières à sa descendance? Ou une preuve de plus que les plantes ne savent pas lire? ;o)
Je vous laisse le soin d'en décider, car la belle 'Ophelia' semble heureuse ici, et pas décidée du tout à finir noyée au milieu des autres fleurs comme le voudrait la tradition shakesperienne!
Si vous la croisez, n'hésitez pas à l'adopter!
Et chez vous, quel est l'Epimedium qui tient la vedette, en ce  moment? Racontez moi tout, dit l'insatiable curieuse...;o))

12 commentaires:

  1. Coucou Zeph ton épimedium me semble bien sympathique avec ses fleurs bien visibles. Ici il y en a quelques uns outre frohleinten, rubrum, j'ai introduit cette année Tutti fruti,spire ,tingler, fantur et Perrine white pour ceux qui ont des noms car l'année dernière j'ai pu acquérir des croisements sans nom chez Thierry mais malheureusement la sécheresse de l'année dernière les ont laissé souffreuteux et Thierry m'a dit qu'un épimedium qui a souffert de soif à ses début ne sera jamais un grand costaud. Bon je vais quand même espèrer on ne sait jamais!!Bises déjà sèche par ce manque de pluie. Christine des Glaces.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, Christine, ben tu vois, ma grand-mère disait le contraire: un grand costaud qui étanche trop largement sa soif ne sera jamais si costaud que ça! ;o))))
      Plus sérieusement, je ne me souviens pas de la météo l'année où j'ai planté les autres Epimedium du jardin, mais la remarque de TD pourrait expliquer la difficulté de certains à s'implanter chez moi, notamment les grandiflorum... Ne désespère pas: certains ont fini par bien pousser quand même (alpinum, pauciflorum notamment). D'autres comme le fargesii m'ont offert plein de bébés au fil des ans! Un vrai plaisir!
      Je suis aussi désespérée que toi par cette sécheresse printanière, d'autant que notre hiver n'a guère été humide non plus! Moi qui n'arrose jamais, même l'été, là, j'ai été obligée de sortir le tuyau d’arrosage, car certaines plantes semblent souffrir.... Mais ne boudons pas notre plaisir: même s'il est anormalement doux, quel beau printemps nous avons là... Bises tout'ensoleillées!

      Supprimer
  2. Entre Ophélie et Misumène... Je ne l'aime pas trop, ta belle! Pourtant, elle ne manque pas de grâce, je le reconnais. J'ai de la peine avec ces plantes... Pourtant la simple E. sulphureus est apparue par la grâce de quelque oiseau je suppose, dans le massif le plus ensoleillé et sec, il y a plusieurs années. Elle progresse un peu, mais ne fera jamais couvre-sol chez moi, je le crains.
    Ensuite, j'en ai acheté des craquantes, en rouge, en blanc... mais rien n'avait repris. Cette année, j'ai la chance d'avoir E. rubrum qui a fleuri, alors que je ne l'avais pas revu depuis deux ans. Etonnant, non? Presque autant que la plante elle-même.
    Merci pour ton article, fort intéressant, et bon weekend pascal!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Gine,
      J'aurais pu écrire quasiment la même chose que toi, il y a quelques années, au sujet des Tricyrtis! Pour ces deux genres, il y a du très bon...et du pas bon du tout (dans mon argile humide et froide, en tous cas!). Mais jai trouvé "Le Tricyrtis", costaud et florifère, qui se plait dans mon jardin et l'illumine à l'automne (T. shinoanum). De même, j'ai failli, moi aussi, me laisser décourager par les fleurs des elfes: j'avais été séduite, au départ, par les grandes fleurs des E. grandiflorum, puis désespérée par leur manque de vigueur, puis par leur disparition complète. Mais il y a de fort belles découvertes à faire, en dehors d'eux, parmi tous les Epimedium! Ne te laisse pas rebuter! Rubrum aussi a eu du mal à démarrer, mais depuis, il s'est très bien développé, au point de rejoindre son copain alpinum... il leur faut un peu de temps au départ, c'est vrai. Peut-être que l'arrosage la 1ere année est primordial, comme le suggère TD...et que je n'avais pas été assez vigilante...

      Supprimer
  3. Grandiflorum 'Nanum' n'était tellement pas poussant qu'il en est mort le pauvre. J'ai fargesii, donnée par une jardinière que tu connais trèèès bien. J'adore autant ses fleurs que son feuillage ; il s'élargit petitement.
    Sinon, les classiques 'Rubrum', 'Frohnleiten' et 'Sulphureum' sont très poussants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben voilà! Encore une victime des manières chichiteuses des grandiflorum! ;o))
      Fargesii ne deviendra jamais une grosse touffe, j'en ai peur, mais il se ressème ici, sans envahir quiconque. Connaissant ma phobie des semis intempestifs et envahissants, faut-il qu'il soit sociable pour que je le laisse faire, et que je l'encourage même! ;o))
      Les descendants de ce fameux "latisepalum" ont l'air d'avoir la solidité de tes "poussants", et les grandes fleurs de ces mesquins de grandiflorum... si tu en trouves un, n'hésite pas à l'essayer! Bises toutes rafraichies, ce matin! ;o)

      Supprimer
  4. Encore un joli bijou dans ce bel écrin qu'est ton jardin !!! je m'intéresse à nouveau au genre épimédiums après les avoir un peu boudé car pas assez poussant à mon goût, moi qui aime les envahisseurs !! mais frohnleitein m'a tellement séduit cette année qu'il va falloir que je me penche sérieusement sur la question pour en intégrer d'autres au jardin !!! tout plein de bises à ma gentille fée du jardin !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour faire aussi couvrant que Frohnleiten, parmi les epimedium, faudrait chercher longtemps, belle dame! ;o)) Mais on peut en trouver qui soient de bonne nature, oui! Faut que j'y "réchéflisse"...dit la serial-schloukeuse! ;o)) Bisous tout g'lés!

      Supprimer
  5. joli comme tout cet elfe...j'ai essayé aussi mais rien n'a poussé chez moi.je devrais peut-être retenter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca c'est sûr, Karin! Commence par Frohnleiten, peut-être... bises!

      Supprimer
  6. Moi aussi, le grandiflorum n'a rien donné, et le yougianum non plus (comme les Tricyrtis, ou les Trillium). J'avais laissé le genre de côté (pas comme les Tricyrtis, sur lesquels je m'acharne), et puis je me suis rendu compte que 'Sulphureum' et perralchinum (pas sûr de celui-là) poussaient bien. Et sans en avoir fait une passion (je résiste car je n'aurais pas la place pour une collection), j'ai totalement craqué devant un fargesii, le 'Pink Constellation', fidèle au poste depuis quelques années! Entretemps, je me suis remis aux Trillium (avec enfin un peu plus de succès) et au Tricyrtis (toujours sans résultats, si ce n'est l'année de la plantation).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour les Tricyrtis, je peux t'aider un peu, si tu veux. J'ai perdu, comme toi, tous ceux que j'ai essayés...sauf un: le SEUL, je dis bien le SEUL qui pousse vraiment très bien ici, c'est T. Shinoanum (on trouve diverses orthographes, shinonome, ou autres). Celui-là, c'est une vraie merveille. Veux-tu que je t'en envoie un schlouk, pour que tu l'essayes?

      Supprimer