vendredi 12 mai 2017

Une pulpeuse bulbeuse qui aime faire la grasse matinée!

Ce n'est  pas toujours le cas, mais cette petite bulbeuse a vraiment un nom bien choisi: Scilla litardieri, puisque dans litadieri, il y a ... "lit"... et aussi ... "tard" !
Quoi de plus normal donc que cette belle bleue aime se réveiller après tous les membres de sa famille ou presque (Scilla peruviana étant aussi une lève-tard!),  et paresser longtemps au soleil du printemps?
Elle  ne daigne montrer  le bout de ses frisettes qu'en mai, et encore...
Quand le printemps est trop frais, elle attend même la fin mai, voire le début Juin si elle n'a pas fini sa nuit... de 11 mois!
Son bleu est vraiment ravissant.
Selon les années, elle peut être plus bleu ciel, voire améthyste (on l'a d'ailleurs appelée parfois Scilla amethystina) ou parfois bleu plus soutenu, comme cette année.
Selon les années aussi, elle commence par pousser ses jolies tiges bleutées à toute vitesse, jusqu'à un bon 15 cm de haut, et ses feuilles ont bien du mal à les rattraper!
D'autres fois, elle prend tout son temps pour les sortir ensemble, et les fleurs se retrouvent disséminées dans un beau bouquet de feuilles fines un peu plus hautes qu'elles, à  la façon d'un muguet bleu, en somme!
Au début de sa floraison, les grappes sont franchement coniques.
Puis, au fur et à mesure de l'épanouissement des fleurettes individuelles, elle prend une forme de cierge...
... avant de se retrouver un peu déplumée, mais toujours bien bleue, avec des dizaines de petites capsules étagées en haut de ses tiges.
Elle reste  toujours gracieuse!
Elle a d'ailleurs reçu le prestigieux "AGM" anglais (Award of Garden Merit) dès 2004!
C'est une beauté originaire des Balkans, qui aime les jardins tempérés, ni trop chauds, ni trop froids, entre les zones 6 et 8.
Donc chers côte-d-azuriens, passez votre chemin (pour une fois)!
Et.... elle aime le calcaire!!!
Oui, oui! Chers amis désespérés du rhodo, de l'azalée ou du trillium, la belle  bleue est pour vous! ;o))
Elle ne craint pas non plus la sécheresse estivale, puisqu'elle a le bon goût de se rendormir en douceur au bout d'un mois de délicieuse"bleuitude".
Elle se multiplie très gentiment, formant de belles touffes drues et appétissantes..
Car elle est haute et bien présente, pour une scille!
Je crois que je vais en ajouter plein de petites îlots dans les 2 massifs où elles sont déjà implantées. Elles prendront ainsi  le relais des hauts Camassia bleus qui s'éteignent doucement quand elles apparaissent à leur tour. En plus, on les trouve facilement, et elles ne ruineront pas vos porte-monnaie si vous les adoptez!
Imprime bien ça dans ta petite tête, Zeph: il n'y a pas toujours besoin de chercher des raretés pour avoir de très jolies petites choses dans son jardin!.... dit la fouineuse compulsive de pépinière ;o))

vendredi 5 mai 2017

Le Chèvrefeuille de l'Amour (Lonicera maackii)


Non, ce n'est pas le titre d'un roman à l'eau de rose, rassurez-vous.
C'est un arbre. Mais c'est un discret. On n'en parle quasiment jamais!
Et pourtant, je lui trouve tant de qualités!
Je l'ai adopté voici 4 ans maintenant, à la suggestion de notre maître-es-arbres local, Maître Bessard.
Je cherchais un petit arbre ou un grand arbuste :
- qui prenne une jolie forme en parasol évasé,
- qui fasse un peu d'ombre, mais pas trop, à une série de plantes de sous-bois qui s'ennuyaient dans le coin-nursery depuis déjà bien trop longtemps . C'est hélas un de mes gros défauts, je l'avoue: je craque, mais ensuite...où les mettre???? Du coup, les pauvres plantounes végètent dans leur pot de misère pendant des périodes inavouables ;o).....
- et qui  ne fasse pas trop de racines voraces, au risque de trucider par étouffement ceux qu'il était censé protéger!
Il y avait bien les Cercis, mais j'en avais déjà deux.. Certains prunus (sauf que leurs racines ne répondent pas du tout au troisième critère!...) ou des malus, mais le jardin en compte déjà beaucoup....que faire?
Quant à ce grand dadais d'Heptacodium j'my-connais-ïdes, celui qu'on vous montre immédiatement en bombant le torse avec fierté dès qu'on pénètre dans le moindre jardin-à-visiter, pas question!!! ;o)
La suggestion du Chevrefeuille m'a d'abord rebutée. Les chèvrefeuilles arbustifs que je connais, les parfumés de fin d'hiver genre Lonicera fragrantissima et consorts, certes ils embaument, mais quels grands fouillis ils vous font! Des grandes cannes ingérables, des ramifications dans tous les sens, non, décidément, un chèvrefeuille, ça ne correspondait pas vraiment à ce que j'attendais!
Il a fallu que j'aille le voir pour commencer à me dire que, finalement... il pourrait peut-être bien faire mon affaire!
C'est qu'il forme vraiment un parasol naturel, celui-là! Tenez, regardez la photo prise à  la plantation: sa charpente est parfaite! Un vrai bouquet!
Le seul "reproche"qu'on  pourrait lui faire, et encore, c'est qu'il est très difficile d'en trouver un petit sujet! Pourquoi? Parce qu'il pousse très vite! Du coup, en pépinière, on ne trouve que des sujets déjà grandets! Mais par contre.. il ne vous ruinera pas le portefeuille! Tout bénef!
C'est peut-être pour ces deux raisons qu'on  ne le trouve pas souvent, d'ailleurs! Trop facile! o)
Il atteint rapidement sa hauteur adulte, environ 3 m, et s'étale sur au moins l'équivalent, plutôt 4 m je dirais. Par-fait pour mon petit projet!
Et son feuillage est dense, mais pas occultant, si vous voyez ce que je veux dire. Il reste léger, les rayons de soleil jouent à travers ses feuilles, créant une ombre claire propice à toutes mes petites plantes de sous-bois: fougères, Tricyrtis, sceaux-de-salomon (encore eux), Kirengeshoma et autres petits galanthus et bulbes de printemps.
Côté soif, c'est un vrai chameau. Je dirais même qu'il en laisse volontiers pour les copines de l'étage en dessous. Sympa, voire galant, l'Amoureux en question, non?
Car c'est un extrême-oriental, vous vous en doutez, puisqu'il vient de la région du fleuve Amour. Rustique en diable, du coup.
Et je ne vous ai pas encore tout dit!
Sa floraison, en mai-juin, est ravissante, même si, comme lui, elle reste assez discrète: elle commence par une avalanche de petits cierges dressés, groupés par trois ou quatre à l'aisselle des feuilles, avant d'ouvrir des fleurs... de chèvrefeuille, reconnaissables immédiatement.
D'abord blanches, puis éclaboussées d'étamines jaunes et lavées d'un soupçon de rose, elles sentent ma foi fort bon si on les approche de près.
écorce avant intervention des chats
Oh, il ne va pas vous embaumer le jardin à 10 m, non, mais on retrouve, en levant le nez vers lui, les suaves effluves de sa famille.
Les fleurs sont assez petites,  mais hyper nombreuses, tout le long des branches. Du coup, pendant un bon mois, les dites branches ploient un peu sous le poids des fleurs, ce qui rend le parasol encore plus protecteur pour leurs voisines de pied.
Et pour les amateurs, je signale aussi qu'il offre une écorce crevassée, presque en lanières. Il faut dire que mes chats l'aident un peu: ils adorent la lacérer! Je suis sûre qu'ils sont convaincus que je l'ai planté exprès pour eux!
écorce après intervention des chats
Sauf que mon Amoureux, bon prince, s'en fiche comme de sa première petite paire de folioles..(et qu'il protège ainsi, toujours aussi galant, les troncs des autres arbres du jardin qui n'apprécient généralement pas ce genre de petits câlins toutes griffes dehors! ;o) )
Il a aussi de jolis petits fruits rouges, à l'automne, que les oiseaux adorent. On dit qu'il peut se ressemer facilement, mais honnêtement, je n'ai jamais repéré le moindre semis, ici...
Pour les maniaques du sécateur, côté taille, aucun souci! Certains l'utilisent même en haie, et le taillent à tout va et en toute saison!
Il vaut quand même mieux le faire après la floraison si ça vous démange, mais franchement, ce n'est vraiment pas nécessaire: juste pour supprimer une ou deux branches au pied pour accentuer sa jolie structure au départ, peut-être.. ou supprimer une baleine du parasol qui vous chatouille les cheveux d'un peu trop près, et encore... ce n'est pas désagréable, de se faire caresser la tête par un pareil Amoureux! ;o)
C'est vrai, j'ai oublié de vous donner son petit nom: Lonicera maackii..
Alors si vous avez besoin, comme moi, d'un joli parasol pour vos belles qui craignent le soleil, offrez-leur un bel Amoureux! D'ailleurs, dans le langage des fleurs, le chèvrefeuille symbolise l'amitié et la gentillesse naturelle... comme ça lui va bien, vous ne trouvez pas?