lundi 9 octobre 2017

Carpe florem ! (Aster de semis)

Un peu de philosophie de jardin, aujourd'hui, ça vous dit?
(c'est déjà mieux que la philosophie de cuisine, et ça ne fait pas grossir! ;o))...)
Non pas que je sois très encline à faire la philosophe comme les poules, je vous assure!
Mais c'est venu tout seul, en découvrant un matin qu'un joli bébé avait vu le jour, en cachette, dans un coin un peu négligé du  jardin, près du portail.
L'effet "bébé" chez les dames, vous connaissez?
L'inévitable " Oh qu'il est mignon!", "Areu-areu", etc, etc.
Pareil avec les bébés-fleurs.
Pas pu aller plus loin.
Trop mignon. Areu-areu.
Vu les photos de cet article, vous vous en doutez, c'est d'un bébé-aster qu'il s'agit!
Un bébé-aster de 35 cm de haut, pas plus, et couronné en son sommet d'une incroyable et très grande fleur aux nombreux et longs ligules, comme un bébé aux yeux dorés bordés de cils immenses...
Et une pâleur magnifique, presque blanche, juste un peu argentée. Je craaaaque!
Direction la maison, vite, il ne faudrait pas oublier de lui faire son album de naissance, à ce pitchou! Et clic et clic, la mitraillette entre en action.
le Pitchou et Aster laevis
Reste à lui donner un nom, à ce nouveau-né... (eh, faut bien donner un nom à ses photos pour s'y retrouver!).
Là, j'hésite.... 'Silver Star'? Ca fait très nom-de-poulain-américain, ça, non?
'Etoile des Neiges', peut-être... mais en version rock'n roll, alors. Ça fait plus d'jeun'ss, et ça me rappellera des souvenirs acrbatiques! ;o)).
Qu'en pensez-vous?
Le voilà donc né, mitraillé, baptisé.
La pression retombe, la curiosité, elle, refait surface. Mais d'où sort-il???
Il est juste à côté d'un des asters les plus élégants du jardin, Aster laevis. Vous le connaissez sûrement, soit directement soit par des sélections comme 'Calliope' ou 'Arcturus'.
C'est vrai qu'il y a comme un air de famille du côté des feuilles... mais pas du côté des fleurs. Du tout. Aster laevis se caractérise par sa légèreté et ses immenses tiges pourpres et sombres, ornées de lâches panicules de fleurs de taille moyenne, d'un bleu lavande azuré, et gracieusement arquées.
Etoile des Neiges-pa-pomm, pa-pomm ?
Rien à voir avec la raideur (par ailleurs appréciée!) de ce beau bébé bien droit et court sur pattes!
Pourtant, j'ai trouvé au fil des ans, quelques semis naturel d'Aster laevis. Juste quelques uns, pas d'envahissement, rassurez-vous. Et ils étaient tous bleu lavande, avec des tiges plus ou moins sombres.
Alors... de qui est cet enfant naturel lâchement abandonné sans papiers d'identité????
Un doute me vient.
Je ne sais pas si je vous en avais parlé, de l'aster Gris-Gris-du-Garage-de-la-Gare-de-Bourgoin? Aaarfff... Encore une histoire où mon bon cœur n'a pas vraiment été récompensé!
Je vous la fais (relativement) courte: il y a 10 ans environ, imaginez un terrain abandonné après passage des bulldozers, là où deux ans auparavant, trônait un vieux garage automobile.
Juste sur le trajet entre la gare (de Bourgoin), et le parking des travailleurs banlieusards.
Je passais donc devant deux fois par jour.
le fameux Gis-Gris-du-Garage-de-la-Gare de Bourgoin
Et cet automne-là, un brave petit aster (ou plutôt, un brave GRAND aster!), solitaire et malheureux, tentait fièrement de fleurir malgré tout, au beau milieu des ronces et des gravats. Tout droit, tout seul, d'une jolie couleur... entre le blanc, le bleu clair et le gris pâle, il hissait de son mieux ses (petites) fleurs tout en haut de son mètre 20. Avouez que c'était trop triste!
Au bout de quelques jours, je n'y tenais plus. Un soir, j'ai franchi la clôture-interdite du chantier-qui-n'existait-pas, et hop! Un de sauvé.
ou Silver Star ?
Replanté au jardin, et partagé avec une amie tout aussi compatissante, attendrie elle aussi par sa couleur inhabituelle. Ah ouiche.
Si chez moi il est resté assez sage (faut dire que je l'avais soigneusement encadré dans un pot-sans-fond), chez la copine, par contre, euh... il a pris ses aises, voyez? ;o)) Elle m'en reparle encore, du "gris-gris-du-garage-de-la-gare-de-Bourgoin", avec un drôle de petit regard en coin, quand on évoque quelque envahisseur à éviter soigneusement! ;o))
Il faut reconnaître que côté couleur, il y a comme un air de famille, non? Mais ni pour les feuilles, ni pour la taille des fleurs.
Tout ça pour vous dire que j'hésite à e réjouir de cette naissance inattendue.
Vous vous y connaissez, en bébé-asters, vous? S'ils font 35 cm de haut la première année, n'est-ce pas juste pour nous attendrir (on craque toutes, devant les bébés!), quitte à se transformer ensuite en ados terribles,façon grandes perches dégingandées d'un bon mètre cinquante????
Peut-on se fier à sa petite taille actuelle? Elle me plait bien, moi, cette taille-là!
Vous allez me dire qu'il suffit d'attendre un an pour le savoir... Vous attendez toujours sagement sans essayer de savoir, vous?
Essaie d’être zen, Zeph. Profite aujourd'hui de ce joli petit bébé attendrissant, et arrête de tirer des plans sur la comète, tu veux?
Après tout, à Chaumont, tu as bien vu des jardins éphémères, d'une esthétique très réussie, mais impossibles à conserver plus d'un an!!!!
Regardez celui-ci, le jardin des belles aux eaux dormantes ! Superbe! Des gros pots de rosiers dispersés ça et là au milieu d'un bassin, entourés d'autres pots de graminées. Les dits pots camouflés par une ceinture de brande de bruyère... Ah, au bout d'un an, elle doit avoir une drôle d'allure franchement pourave, la brande à moitié immergée! Et je ne vous raconte pas l’acrobatie, pour aller tailler ou désherber les rosiers!!! ;o))
Mais c'est bien joli, je le reconnais.
Va falloir que j'apprenne:
Carpe florem.
Profiter de mon joli petit aster cette année, et tant pis s'il se transforme en ado terrible l'an prochain.
Vous y arrivez, vous? ;o)

20 commentaires:

  1. Coucou la Zeph nous parlions justement de toi samedi à Schop et nous trouvions avec les copines que le temps commençait à être long sans nouvelle. Oui sympa ton bébé mais quand je regarde mon jardin envahi par ces faux jetons de semis inconnus récupérés à droite et à gauche je suis comme toi attendons de voir l'année prochaine l'espace qu'il aura pris. Bises des Vosges. Christine des Glaces

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai bien pensé à vous aussi le week-end précédent: j'étais allée découvrir St Jean de Beauregard! Verdict: je préfère 100 fois Schoppenwihr!!! ;o)
      Mais j'aime aussi beaucoup, à l'automne, l'une de nos fêtes locales qui a lieu le même week-end que Schopp: celle d'Aiguebelette le lac. Très beau cadre, très bien achalandée et fréquentée... et en plus, l'occasion du dernier super-pique-nique avec toute la bande! ;o))
      Schopp, pour moi, c'est au printemps! Quand il y aura des asperges à gogo en automne, on en reparlera, d'accord? ;o)))
      Pour ce qui est des bébés-pas-prévus, je suis bien d'accord avec toi, mais certains, parfois, méritent une deuxième chance! On verra l'an prochain!
      Bisous d'automne, bien flamboyants, chère Christine!

      Supprimer
  2. Ça a du bon les coins un peu abandonnés du jardin : ils deviennent sources de surprises. La tienne est bien jolie, et elle nous permet de te lire avec plaisir.
    Bises des Pyrénées

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, petite fourmi fidèle! J'aime bien les surprises, mais raisonnablement....
      Il faut dire que c'est "ma faute" si j'ai beaucoup de ces "surprises" cette année: il y a un an, j'étais toute cassée du genou, et je n'ai pas pu couper les fleurs fanées avant qu'elles ne s'égayent aux quatre vents. Je vais essayer d'être plus vigilante cette année! ;o)
      Bises des collines!

      Supprimer
  3. Françoise de Marilles10 octobre 2017 à 08:40

    Heureuse d'avoir des nouvelles, moi aussi ! L'est bien mignon ce petit... Ces bébés font partie des joies du jardinage, des découvertes plus ou moins excitantes, mais qui font partie du charme.
    Moi, j'aime bien. Disons simplement que j'hésite pour ce qu'il convient de faire de ses bébés, lorsque je les prélève, je n'ose pas trop en mettre en pot et les donner, de peur de perdre des amitiés pour haute trahison.. alors, j'en mets dans les talus.. et finalement, ils font le bonheur des passants

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ça, je suis bien d'accord, Françoise! Même si ma gentille présidente du troc-plantes m'assure que certains AIMENT les envahisseuses pour "occuper le terrain", je n'arrive pas à me résoudre à proposer des Attila aux non-avertis!!!!
      Mais pour ce qui était du Gris-Gris-du-Garage-de-la-Gare-de-Bourgoin, je plaide non-coupable: l'amie en question s'était elle-même portée volontaire!
      Bonne idée, d'en mettre dans les talus! Ici ce ne serait pas trop bien vu, j'en ai peur...
      Je te souhaite un bel automne, plein de jolies surprises peut-être?

      Supprimer
  4. Bien contente de te lire à nouveau, je suis passée par chez toi par hasard pour retrouver le nom de deux petits Schizostylis que tu m'avais envoyés ( j'ai décidé qu'ils étaient masculin avec raison ou pas ?..)
    Et je vois que tu a repris le chemin de l'ordi.
    Il est beau ton pitchoun aux pétales pointus mais sera-t-il nain ou géant, je ne sais , il te faudra attendre et surveiller !!!
    Bises de Picardie
    MC

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah. Je pense que c'étaient Schyzostylis Tambara (le plus foncé, framboise), et S. coccinea rosea (le rose clair), que je t'avais envoyés, il me semble.
      Je parle aussi d'UN Schyzostylis, mais je n'ai aucune certitude!;o)
      Bises itou!

      Supprimer
  5. Il est bien mignon ce pitchoune, toute en élégance.Laissez lui une chance. Il sera toujours tant de faire la révolution l'an prochain......s'il devenait anarchiste. Mais dans le cas contraire, ce serait dommage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ton sage avis, Sylvie! ;o) Sûr que je ne vais pas l'arracher cette année, en tous cas!
      Amitiés

      Supprimer
  6. Garde bien évidemment ... mais place une étiquette :-). Tu auras tout le temps de l'ôter s'il se montre trop haut ou trop cavaleur. Pour cette année, je le trouve tout à fait honorable et bien joli avec sa grande fleur.
    Ici, je garde jusqu'à la floraison de l'année n+1, voire n+2, et crois-moi, cela vaut le coup car de jolies créations voient le jour.
    Si les semis ne sont pas contrariés par une végétation qui leur fait ombrage, je trouve qu'en règle générale, ils gardent à peu près la taille de leur première année.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah...ma Berthille... ta dernière phrase me ravit le cœur! Il y aurait donc une bonne chance pour qu'il reste nain? Chouette perspective!!!
      J'ai déjà plusieurs asters blancs:
      - le joli et immense Schneegitter (un ericoïdes), qui ressemble au début de floraison, à une bruyère arborescente...
      - le lumineux Herbstschnee (un N.A.), un grand aussi, aux grandes fleurs....
      - le moyen Starshine, qui se tient si bien, au beau feuillage et à la floraison précoce et longue...
      - et le petit Kristina (un dumosus). Mais au fait, elle n'est pas si loin que ça du bébé, la Kristina en question! (la plate-bande d'en face). Serait-ce elle, la maman? Pas impossible du tout! Aurait-elle fauté avec le laevis? Elle a aussi de longs ligules. Mais elle est franchement blanche, sans nuance d'argent bleuté ni de bleu argenté. Dés qu'il fait jour, je vais tâcher de les regarder côte à côte, tiens!
      Merci ma Belette pour ces belles et bonnes paroles! Grosses bises étoilées!

      Supprimer
  7. L'un des avantages que je lui vois déjà : Il semble avoir un beau feuillage plutôt sain ! Un avantage :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, tu as raison! Mais ici, les asters ont rarement l'oïdium, terre fraîche oblige, j'imagine...
      Les années plus sèches, comme en ce moment, les feuilles basses des asters (et des chrysanthèmes) sèchent sur toutes les tiges, ce qui n'est guère gracieux. Mais c'est un moyen de défense des plantes, je ne leur en veux pas! ;o)

      Supprimer
  8. Mais qu'il est mignon ce joli bébé et d'un pâleur exquise ... que j'aimerais que le beau laevis (même si à priori il n'est pas le père dans ce cas-ci !) prenne l'envie d'engendrer dans plusieurs de mes massifs !! tu sais bien que moi j'aime tout ce qui se prend pour Attila .. mais je te souhaite que ton bébé devienne un gentil ado et ne fasse pas de poussées de croissance intempestives ce qui signifierait sans doute son arrêt de mort ou son expulsion immédiate !! cette année je suis envahie par les semis d'asters... tout comme l'année dernière mais évidemment les choses vont en empirant !! ceux que je pensais voir garder de modestes proportions ont hélas pris leur élan cette année et il y a du déménagement dans l'air ... à moins que moi aussi je ne décide de fleurir les fossés très bientôt ;)
    bises petite maman chanceuse et à très bientôt :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahhh la redoutable 3eme année des bébés-asters!
      Les anglo-saxons ont une expression pour ce genre de plantes: "First year they sleep... Second year they creep... thrird year they LEAP!" (la 1ere année ils dorment... la 2eme année ils rampent... la 3eme année ils BONDISSENT!)
      Alors je crois que dans quelques années, un village de l'Ain de ma connaissance aura le premier prix pour le fleurissement de ses fossés!!! ;o)))
      Grosses bises copieuses (je vais au Bois Marquis cet après-midi...juste avant la pluie, j'espère!)

      Supprimer
  9. Hello Zeph!
    Eh oui Schopp c'est super alors à bientôt .... Les asters sont ma (dernière) lubie j'en mettrais partout. Celui que tu nous présentes est prometteur? affaire à suivre donc.Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Houlà! C'est des asters que tu veux? Faudra que j'y pense avant de venir à Schopp au printemps! Je peux fournir!!! (mais des jolis, et des raisonnables surtout! Promis!) Faudra penser à me le rappeler, Tène! :o)) Bises d'automne!

      Supprimer
    2. Chic chic... chic oui je te le rappellerai! Mais là je viens de lire ton post de samedi 28 oct et je suis baba de tous ces asters.... Bises fraich....es!

      Supprimer
  10. C'est drôle, j'ai eu un semis assez similaire, blanc bleuâtre argenté. Je pense le garder aussi pour l'observer.

    RépondreSupprimer